DB Market Insights

Banques centrales et macroéconomie

Banques centrales et macroéconomie

Banques centrales

Court terme

Nous nous attendons à ce que la Réserve fédérale (Fed) augmente encore le taux des fonds fédéraux cette année, étant donné que le marché du travail reste robuste et que l'inflation reste largement supérieure à l'objectif de 2% de la banque centrale US.

La Banque centrale européenne (BCE) a mis fin à l’ère des taux négatifs en vigueur depuis 2014 en procédant en juillet à sa première hausse de taux d’intérêt depuis plus d’une décennie (hausse du taux de dépôt à 0%). Nous anticipons que la BCE augmentera son taux de dépôt à 1,25% à la fin de cette année.

La Banque du Japon (BoJ) ne semble pas près d'opérer un changement de cap de sa politique, l'écart de production étant toujours négatif. Nous anticipons par conséquent que la BoJ poursuivra son programme d'assouplissement quantitatif et son contrôle de la courbe des taux.

Long terme

La Fed devrait procéder à cinq hausses de taux supplémentaires de 25 points de base jusqu'à ce que son taux directeur atteigne une fourchette de 3,50 à 3,75%, qui sera le taux final selon nous. Nous pensons que ce niveau devrait être atteint au tournant de l'année. Dans le même temps, la Fed poursuivra la réduction de son bilan. Nous prévoyons qu'elle maintiendra cette orientation en 2023.

La BCE s'attend à ce que les pressions inflationnistes restent élevées. Nous anticipons que la BCE augmentera son taux de dépôt jusqu’à 2,0% au cours des douze prochains mois. Il existe des risques importants que les taux d'intérêt doivent augmenter de manière plus substantielle.

Comme la BoJ ne prévoit pas une inflation durablement supérieure à 2 %, nous ne nous attendons à aucuns changements majeurs dans l’orientation de sa politique monétaire sur l'horizon de prévision.

Les taux directeurs et l’inflation

Taux d’intérêt directeurs (%)
Inflation (%)
* Mise à jour le 18 août 2022

La croissance mondiale

Court terme

L'économie américaine devrait continuer à ralentir au cours de la période de prévision. La persistance de fortes pressions inflationnistes pèse sur la consommation privée réelle et, conjuguée au resserrement de la politique monétaire, devrait entraîner un ralentissement graduel de la croissance. Le marché du travail reste solide, ce qui exerce une pression supplémentaire sur la Fed en raison des risques d’une spirale prix-salaires. Globalement, la consommation nominale reste cependant robuste et est soutenue par la vigueur du marché du travail et la hausse des salaires nominaux. Nous anticipons une croissance du PIB américain de 1,9% sur l'ensemble de l'année 2022.

Dans la zone euro, l'économie a progressé au 1er semestre dans un contexte d'assouplissement des mesures sanitaires et de la demande mondiale refoulée. La vigueur du 1er semestre de l’année stimulera le taux de croissance annuel. Toutefois, la croissance du PIB va ralentir, à l'avenir, car l'inflation record pèsera sur la consommation privée. Les pénuries de produits intermédiaires et la rareté de la main-d'œuvre qualifiée pèseront également sur la production. Notre hypothèse de base reste qu'un arrêt complet de l’approvisionnement de l'Europe en gaz russe peut être évité. Nous anticipons une croissance du PIB de 3,1% en 2022.

En Chine, les données relatives au crédit et à l'activité suggèrent que la croissance restera modérée au 3e trimestre. Des défis anciens et nouveaux (par exemple, un taux de chômage élevé, un nombre croissant de projets de construction inachevés) pèsent sur la demande des consommateurs et sur le marché du logement. Les mesures de soutien politique annoncées ne stimuleront sans doute pas l’activité avant le 4e trimestre. Nous tablons sur une croissance du PIB de 3,3% en Chine en 2022.

Au Japon, la reprise est soutenue par l’accélération de la consommation de services suite à la réouverture de l’économie. Cependant, le nombre de nouvelles infections au Covid-19 est en hausse depuis juillet et les données sur la mobilité montrent un certain ralentissement. Le gouvernement a déjà décidé de reporter la relance du programme de stimulation des voyages à l'échelle nationale. Ces deux facteurs pèsent sur la reprise intérieure. Nous tablons sur une croissance du PIB de 1,5% en 2022.

Long terme

Le principal risque baissier à long terme pour les États-Unis demeure une surchauffe de l'économie et un dépassement durable de l'inflation. À ce stade du cycle, les futures décisions de politique monétaire restent très équilibrées. La persistance de pressions inflationnistes élevées pourrait amener la Fed à procéder à d’autres hausses de taux rapides. Nous anticipons une légère récession au 1er semestre 2023 qui pourrait aboutir à une pause dans le cycle de resserrement monétaire, mais il existe aussi des risques de récession précoce dès le 4e trimestre dans un contexte d'inflation élevée et de hausses de taux de la Fed. Notre prévision de croissance pour le PIB américain est de 0,7% sur l’ensemble de l’année 2023.

Notre hypothèse de base reste une poursuite des flux de gaz de la Russie vers les pays de la zone euro, au moins dans des volumes limités. Les niveaux de stockage de gaz devraient être suffisants à l'approche de l'hiver. Nous anticipons une légère récession à partir du 4e trimestre 2022 et qui ne devrait durer que pendant deux trimestres. La croissance du PIB de la zone euro devrait ralentir à 0,7% en 2023, en raison des prix élevés de l'énergie qui vont réduire le revenu disponible et peser sur la consommation privée en termes réels.

Les taux de croissance en Chine sont stimulés par des effets de base favorables et par l’augmentation des mesures de relance budgétaire. Les facteurs de risque structurels tels que la relation entre la Chine et les États-Unis, la guerre entre la Russie et l'Ukraine, ainsi que les éventuelles sanctions associées contre la Chine, pourraient peser sur l'activité économique à plus long terme. Nous anticipons une croissance du PIB de 5,3% en Chine en 2023.

La dynamique économique du Japon devrait marquer le pas à l'avenir. Nous anticipons un ralentissement de la croissance du PIB japonais à 0,9% en 2023.

Prévisions de croissance PIB (%)*

world map
GLOBAL -4,3 % 2020 5,2 % 2021
ETATS-UNIS
-3.5 % 2020
4,0 % 2021
ZONE EURO
-6,8 % 2020
5,5 % 2021
CHINE
2,3 % 2020
8,2 % 2021
JAPON
-5,5 % 2020
3,0 % 2021

* Source : DB Wealth Management, DB Global Markets, 18 août 2022

Besoin d'un conseil personnalisé ?

Nos experts sont à vos côtés pour discuter de votre situation financière personnelle.

Prenez rendez-vous

ou

Vous souhaitez en savoir plus sur Deutsche Bank ?

Contactez-nous