DB Market Insights

Perspectives macroéconomiques

Perspectives macro
économiques

Banques centrales

Les politiques monétaires menées par les banques centrales exercent une influence majeure sur l’évolution des marchés financiers. Vous retrouverez ici l’essentiel de ce qu’il faut retenir en la matière.

Les craintes pour la croissance suscitées par la propagation de l’épidémie de coronavirus en dehors de la Chine ont drastiquement fait bouger les lignes concernant l’orientation future des politiques monétaires à l’échelle globale. Les marchés tablent désormais sur quatre baisses de taux supplémentaires de la Réserve fédérale (Fed) en 2020. Ils considéraient même la première d’entre elle comme pleinement acquise dès la réunion de mars1.

Bien que la BCE ait déjà beaucoup puisé dans sa boîte à outils, il ne fait plus guère de doute pour les marchés qu’elle pourrait engager des moyens supplémentaires en vue de soutenir la conjoncture en zone euro. L’octroi de liquidités aux PME dans les régions en difficulté et une nouvelle baisse du taux de dépôt faisaient notamment partie des pistes envisagées.

Enfin, d’autres banques centrales comme par exemple la Banque d’Angleterre (BoE) et la Banque du Japon (BoJ) ont aussi laissé entendre qu’elles se tenaient prêtes à passer à l’action si nécessaire. Tous les regards sont cependant désormais braqués sur la BCE dont le Conseil des gouverneurs se réunit le 12 mars prochain. On ne peut a priori plus exclure que des mesures soient annoncées avant cette date…

1 Prenant les marchés de court, la Fed a entretemps annoncé une baisse surprise de 0,50% de son taux directeur dès le 3 mars pour l’amener dans une fourchette comprise entre 1% et 1,25%.

Les taux directeurs et l’inflation

(Mise à jour le 11 mars 2020)
Taux d’intérêt directeurs (%)
Inflation (%)

La croissance mondiale

Retrouvez un aperçu succinct de l’orientation de la conjoncture mondiale et dans les principales régions, ainsi que nos dernières prévisions de croissance.

Prévisions de croissance PIB (%)*

world map
GLOBAL 2.5% 2020 3.4% 2021
ETATS-UNIS
1,0 % 2020
1,7 % 2021
ZONE EURO
0,0 % 2020
1,2 % 2021
CHINE
5,0 % 2020
6,3 % 2021
JAPON
-0,8 % 2020
1,1 % 2021

* Source : DB Wealth Management, mars 2020

Les inquiétudes pour la croissance mondiale se sont sensiblement accentuées depuis que l’épidémie de coronavirus s’est propagée de la Chine à tous les continents (à l’exception de l’Antarctique). S’il ne fait plus aucun doute que la croissance sera fortement affectée pendant un trimestre (Chine) ou deux (Etats-Unis, Europe), l’impact négatif de ce choc exogène devrait rester transitoire et être suivi d’une reprise économique. Nous estimons que la paralysie de l’activité due au covid-19 pourrait amputer la croissance mondiale de l’ordre de 0,5% sur l’ensemble de l’année.

Sur le plan géographique, la croissance aux Etats-Unis devrait comme ailleurs se gripper de façon temporaire mais nous tablons sur une poursuite de l’expansion économique, aidée par la résilience de la consommation intérieure.

En revanche, la zone euro devrait être davantage pénalisée au vu du niveau déjà faible de la croissance avant l’épidémie, de sa plus grande dépendance à la Chine et de la situation difficile de l’Italie.

Enfin, la croissance en Chine devrait fortement accuser le coup au 1er trimestre. Le retour progressif de l’activité à la normale et les initiatives des autorités devraient cependant y engendrer un net rebond à partir du 2e trimestre.

Besoin d'un conseil personnalisé ?

Nos experts sont à vos côtés pour discuter de votre situation financière personnelle.

Prenez rendez-vous

ou

Vous souhaitez en savoir plus sur Deutsche Bank ?

Contactez-nous