La volatilité reste la règle du jeu sur les marchés financiers

Marchés & Investissements - 7 novembre 2022

La volatilité reste la règle du jeu sur les marchés financiers

Rédigé par David Ghezal - Investment Strategist

En résumé :
  • Les spéculations selon lesquelles les grandes banques centrales pourraient commencer à réduire l’intensité de leurs hausses de taux d’intérêt ont été le principal moteur du rebond des marchés.
  • Malgré la tendance positive du mois écoulé, les marchés boursiers devraient continuer à évoluer dans une zone de turbulences.
  • Nous recommandons de rester investi sur les marchés et considérons que les obligations de qualité méritent le détour.

Que s’est-il passé sur les marchés financiers en octobre ?

Les marchés financiers se sont offert une bouffée d’oxygène bienvenue en octobre après un 3e trimestre sinistre. Les spéculations selon lesquelles les grandes banques centrales pourraient commencer à réduire l’intensité de leurs hausses de taux d’intérêt ont été le principal moteur du rebond des marchés. En parallèle, la nouvelle baisse significative des prix du gaz naturel en Europe (-35%) depuis les sommets historiques atteints pendant l’été a également constitué un développement favorable, tout comme la stabilisation des actifs britanniques au terme d’un imbroglio politique qui s’est soldé par la mise au frigo du « mini-budget » et l’arrivée d’un 3e Premier Ministre en l’espace de 2 mois. Si les résultats des entreprises pour le 3e trimestre ont dans l’ensemble été meilleurs que prévu, certaines entreprises notamment IT n’ont cependant pas pu éviter la sortie de route pour leurs bulletins ou perspectives jugés décevants.

Comment les marchés ont-ils réagi ?

La tendance positive l’a emporté sur les marchés boursiers développés. Aux Etats-Unis, l’indice S&P 500 a gagné 8% (indice Nasdaq + 3,9%) tandis qu’en Europe, les gains ont été compris entre 3% à la bourse de Londres jusqu’à pratiquement 10% à la bourse de Milan. Les marchés émergents (indice MSCI EM -3,1%) ont été moins chanceux, freinés par la contre-performance de la Chine.

Les marchés obligataires ont pour leur part affiché un bilan contrasté. Les bons du Trésor US ont fini dans le rouge (-1,4%) tandis que les emprunts d’Etat de la zone euro (+0,2%) ont profité du rallye de la dette périphérique pour finir de justesse dans le vert. Du côté de la dette corporate, le regain d’appétit pour le risque a fait le jeu des obligations spéculatives qui ont surperformé les obligations Investment Grade de part et d’autre de l’Atlantique.

Pas la fin de la zone de turbulences sur les marchés d’actions

Malgré le rebond du mois écoulé, les marchés boursiers devraient continuer à évoluer dans une zone de turbulences. Les anticipations d’une pause ou d’un point d’inflexion dans le cycle de hausse des taux rapide des grandes banques centrales risquent de ne pas se concrétiser tant que l’inflation continue à évoluer à des niveaux aussi éloignés de leur objectif de 2% à moyen terme - dernier chiffre de 8,2% aux Etats-Unis et 10,7% en zone euro. Les marchés devraient donc continuer à osciller entre espoir et désespoir en fonction des données économiques à paraître et des signaux émis par M. Powell & Co pour anticiper ce pivot vers une politique monétaire moins restrictive.

Par ailleurs, l’impact sur les résultats des entreprises de l’affaiblissement attendu de la conjoncture et des pressions sur les marges (hausse des coûts de production etc.) doit encore se faire ressentir. Par conséquent, des révisions à la baisse des bénéfices futurs semblent inévitables.

Notre recommandation est de rester investi…

Cela dit, les valorisations boursières (=rapport cours/bénéfices) intègrent en grande partie les mauvaises nouvelles, les taux réels se sont largement normalisés après leur très forte hausse de ces derniers mois, et notre scénario central reste celui d’une récession modérée, pas celui d’une crise financière de grande ampleur. De plus, le sentiment des investisseurs est tellement pessimiste que la barre pour des surprises négatives est haut placée. S’il fait peu de doute qu’il faudra encore composer avec une volatilité importante, nous maintenons un avis positif sur les actions à moyen terme et nous recommandons de rester investi sur les marchés. Des replis de cours supplémentaires pourraient constituer des opportunités d’achat, a fortiori si les marchés boursiers venaient à tester à nouveau leurs plus bas niveaux de l’année.

et de privilégier la qualité et la liquidité dans le contexte de marché actuel

Le cycle de resserrement monétaire engagé par les grandes banques centrales pour contrer une inflation obstinément élevée a fortement pesé sur les marchés obligataires cette année. Mais cette situation a également contribué au retour des rendements obligataires à des niveaux qui n’avaient plus été aussi attrayants depuis fort longtemps. Cela dit, bien que les taux soient nettement remontés par rapport à leurs planchers au sein de tout l’univers obligataire, nous restons d’avis que la qualité et la liquidité restent des critères primordiaux à prendre en compte dans le contexte de marché actuel.

Votre portefeuille est-il encore adapté à la situation économique ?

Vous n'êtes pas encore client(e) ?

Devenez client(e) pour profiter des conseils de nos experts. 

Vous êtes déjà client(e) ?

Appelez Talk & Invest au 078 156 157 ou prenez rendez-vous dans votre Advisory Center au 078 155 150 ou en ligne.

Curieux.se de savoir quelles solutions nous offrons en matière de gestion de portefeuille ?

Curieux.se de savoir quelles solutions nous offrons en matière de gestion de portefeuille ?

Recevez gratuitement Money Expert, notre magazine pour les investisseurs

Recevez gratuitement Money Expert, notre magazine pour les investisseurs

Partagez cet article


Ceci pourrait également vous intéresser

3 novembre 2022

Le pic des taux d'intérêt n'est pas encore en vue pour la Fed

28 octobre 2022

La BCE montre sa détermination à combattre l’inflation

27 octobre 2022

Après la hausse rapide des taux d'intérêt, les obligations d'entreprise en EUR sont-elles à présent attrayantes ?