Pas d’inquiétudes au sujet de l’inflation sur les bourses.

Marchés

Pas d’inquiétudes au sujet de l’inflation sur les bourses

5 novembre 2021 - Lu en 4 min. 

Rédigé par

Wim D'Haese
Head Investment Strategist

En résumé :
  • Après les bonnes performances d'octobre, les bourses américaines et européennes sont en passe de réaliser une brillante année 2021. Pendant ce temps, les résultats préliminaires des entreprises aux États-Unis et en Europe dépassent les attentes. Pour les marchés émergents, 2021 s'annonce comme une année perdue.
  • Nous prévoyons que l'inflation augmentera encore en novembre (en glissement annuel), mais qu'elle diminuera ensuite progressivement. Néanmoins, les niveaux d'inflation resteront élevés pendant plus longtemps que prévu.
  • Dans un contexte de reprise économique soutenue, de répression financière et de solides bénéfices des entreprises, les actions restent notre choix privilégié. La prudence reste toutefois de mise.

Qu'ont fait les actions en octobre ?

Les actions se sont redressées après les pertes enregistrées en septembre. Le S&P 500 a ajouté 6,9 % à son palmarès et la bourse technologique Nasdaq 7,3 % par rapport à septembre. Tous deux ont une nouvelle fois battu leurs records, portant la progression du S&P 500 à 22,6 % et celle du Nasdaq à 20,3 % sur l'année. De notre côté de l’Atlantique, le STOXX Europe 600 a gagné 5 %, ce qui porte le gain de l'année à un respectable 19,6 %. 

Parallèlement, 2021 s'annonce comme une année perdue pour les marchés émergents. En octobre, le MSCI Emerging Markets a gagné un maigre 0,9 %, portant sa performance annuelle totale à -2,1 %. Cela est dû à la forte représentation de la Chine dans l'indice des 27 pays émergents. La puissance asiatique, qui représente plus d'un tiers de la pondération, a connu une année épouvantable sur les marchés boursiers jusqu'à présent. 

En termes de secteurs, les banques européennes sont parmi les plus fortes hausses cette année. Porté par l'appétit des investisseurs pour les produits cycliques, l'indice STOXX 600 Banks a progressé de 5,47 % en octobre. Cela se traduit par un gain de 37,24 % pour 2021.

Comment les obligations se sont-elles comportées en octobre ?

Les actions n'ont pas semblé souffrir des pressions inflationnistes en octobre. Les obligations étaient une autre histoire. Le taux d'intérêt des obligations d'État américaines (10 ans) a augmenté en octobre de 6 points de base pour atteindre 1,55 %. La performance totale a donc baissé de -0,1 % au cours du mois. Les obligations d'États européens ont également reculé de manière générale (-0,6 %). Le rendement allemand à dix ans a clôturé le mois à -0,11 %. 

Les obligations d'entreprises en euro de haute qualité ont perdu -0,7 %, ce qui porte la perte depuis le début de l'année à -1,1 %. Les obligations spéculatives en euro ont également fait un pas en arrière avec -0,42 %, portant la position sur 10 mois à un gain de 3,75 %.

Seules les obligations d'entreprises de qualité en dollar ont bien résisté et ont gagné 0,1 %. Cela porte la perte annuelle à -0,9 %. Les obligations spéculatives en dollar ont également fait un pas en arrière avec -0,2 %, portant la situation après 10 mois à un gain de 4,4 %.

Les obligations des marchés émergents libellées en dollar américain ont perdu -0,5 % en octobre, portant le total depuis le début de l'année à -2,2 %.

Qu'ont fait les matières premières en octobre ?

2021 est déjà l'année des matières premières. L'énergie est une fois de plus en tête du classement des classes d'actifs de notre échantillon en octobre, avec le pétrole WTI (+11,4 % / +75,27 % en 2021) en tête, suivi en troisième position par le Brent (+7,5 % / +62,9 % en 2021). Cette dernière augmentation est en partie due à la hausse explosive des prix du gaz naturel, qui stimule la demande de pétrole. Le cuivre (+6,8 %) a connu son meilleur mois depuis avril, tandis que les métaux précieux tels que l'or (+1,5 %) et l'argent (+7,8 %) ont également progressé.

Qu'ont apporté les résultats des entreprises jusqu'à présent ?

Malgré des attentes accrues après un excellent deuxième trimestre, les résultats ont une nouvelle fois dépassé les prévisions. Plus de la moitié des entreprises du S&P 500, quant à elles, ont ouvert leurs livres. 82 % ont dépassé les attentes des analystes. Les banques et les entreprises du secteur de l'énergie, en particulier, ont surpris positivement. Nous prévoyons une croissance des bénéfices des entreprises de 36,6 % au troisième trimestre et une croissance des ventes de 15,8 %.

En Europe, la situation est similaire. Un peu moins de la moitié des entreprises du STOXX Europe 600 ont publié leurs résultats et, jusqu'à présent, 60 % d'entre elles ont dépassé les attentes. Nous prévoyons une croissance du bénéfice d'exploitation de 52 % au troisième trimestre et une augmentation des ventes de 11,6 %. Comme aux États-Unis, nous nous attendons à ce que les actions cycliques surpassent les actions défensives en termes de croissance des bénéfices.

Fixation sur l'inflation

Les fortes pressions inflationnistes ont continué à faire les gros titres en octobre. Dans la zone euro, l'inflation a augmenté de 3,4 % en septembre par rapport à l'année précédente. Pour octobre, Eurostat prévoit une inflation de 4,1 % par rapport à l'année précédente. Aux États-Unis, l’augmentation de l'inflation est encore plus forte avec 5,4 % en septembre et une inflation attendue de 5,8 % en octobre (par rapport à l'année précédente). La tempête de l'inflation s'explique par un certain nombre de  raisons :

  • Augmentation des prix de l'énergie : en raison de l'approvisionnement limité en gaz et de la capacité temporairement réduite pour cause de maintenance. Les prix de l'énergie représentent un dixième du panier de l'inflation dans la zone euro.
  • Forte demande : en raison de l'amélioration de l'économie.
  • Baisse de l'offre : en raison des problèmes de la chaîne d'approvisionnement mondiale.

Les problèmes de la chaîne d'approvisionnement sont encore loin d'être résolus

Les problèmes de la chaîne d'approvisionnement persisteront jusqu'en 2022. Tout d'abord, le COVID-19 a provoqué un arrêt brutal de l'économie, pour redémarrer soudainement en troisième vitesse quelques mois plus tard en raison de la forte demande. Mais comme une voiture que l'on veut faire décoller en troisième vitesse, elle le fait par à-coups. Les conséquences de cet effet coup de fouet ne se sont pas dissipées, même aujourd'hui. Les pénuries de produits semi-finis, de main-d'œuvre et de capacité de livraison entraînent une pénurie d'approvisionnement et une hausse des prix.

Nous nous attendons à ce que l'inflation augmente encore en novembre (en glissement annuel), mais qu'elle diminue ensuite progressivement. Néanmoins, le niveau d'inflation restera à un niveau élevé plus longtemps que prévu, et restera en tout cas plus élevé qu'avant le déclenchement de la crise du COVID-19. Le taux d'inflation attendu à plus long terme serait d'environ 2,47 % aux États-Unis et de 1,95 % dans la zone euro.

Que font les banques centrales ?

Avec leur objectif d'inflation de 2 % (moyenne sur une "certaine" période ; les grandes banques centrales n'appliquent plus de plafond), les banques centrales répètent sans cesse que le pic d'inflation est transitoire. Aux États-Unis, la politique monétaire souple est maintenue, bien que la Fed réduise ses achats d'actifs de 15 milliards de dollars par mois à partir de novembre. Cependant, la Fed continuera à aspirer des dizaines de milliards d'actifs chaque mois. Il est peu probable que la Banque centrale européenne relève ses taux directeurs l'année prochaine, l'inflation à long terme restant trop faible. Le programme d'achat d'obligations continuera également à être reconduit jusqu'en mars 2022 au moins.

Que faire en tant qu'investisseur ?

Une inflation élevée a un impact important sur les consommateurs (factures d'énergie mais aussi autres biens), et certainement sur les épargnants. La répression financière se poursuit. Le pouvoir d'achat de l'épargne fond en raison de la combinaison de taux d'intérêt bas et d'une inflation croissante. Dans le contexte d'une reprise économique en cours, d'une répression financière et de solides bénéfices des entreprises, les actions restent notre source de rendement privilégiée. Toutefois, la poursuite de la hausse du cours des actions dépendra de la croissance supplémentaire des bénéfices des entreprises. Les excellents résultats obtenus en 2021 ont déjà placé la barre très haut. Le consensus des analystes consultés par Bloomberg prévoit une croissance du bénéfice d'exploitation de +9,1 % pour le S&P 500 et de +6,8 % pour le Stoxx Europe 600 en 2022.

Un point d'attention reste l'augmentation des coûts de production due aux prix élevés des matières premières et de l'énergie, et dans quelle mesure les entreprises peuvent les répercuter sur le consommateur. Sinon, cela se fera au détriment d'une partie de la marge bénéficiaire. Des surprises individuelles désagréables ne sont donc pas à exclure. Il est donc préférable de rester à l'écart de la volatilité. Bien que la volatilité soit actuellement faible, elle survient toujours de manière inattendue et par pics. Soyez donc préparé(e) et restez calme. Ayez confiance en un portefeuille cœur-satellite bien diversifié. 

Votre portefeuille a-t-il besoin d’une mise à jour ?

Appelez nos experts de Talk & Invest au 078 156 157.

Prenez rendez-vous dans votre Financial Center en appelant le 078 155 150 ou via notre outil en ligne

Curieux.se de savoir quelles solutions nous offrons en matière de gestion de portefeuille ?

Curieux.se de savoir quelles solutions nous offrons en matière de gestion de portefeuille ?

Curieux.se de savoir quelles solutions nous offrons en matière de gestion de portefeuille ?

Recevez pendant un an Money Expert, le magazine pour les investisseurs.

Recevez pendant un an Money Expert, le magazine pour les investisseurs.

Recevez pendant un an Money Expert, le magazine pour les investisseurs.