Un début d’année tonitruant sur les marchés financiers

Marchés & Investissements - 6 février 2023

Un début d’année tonitruant sur les marchés financiers

Rédigé par David Ghezal - Senior Investment Strategist

En résumé :
  • Les marchés financiers profitent d’un alignement de planètes favorable pour se refaire une santé.
  • Le rebond des marchés boursiers amorcé en octobre dernier est justifié au vu des évolutions macroéconomiques récentes.
  • Les obligations d’entreprises Investment Grade constituent une proposition plus séduisante que les obligations spéculatives d’un point de vue rendement-risque.

L’année 2023 démarre fort pour les marchés financiers

L’année 2023 a démarré sur les chapeaux de roue sur les marchés financiers. L’appétit pour le risque des investisseurs a été soutenu par une combinaison de plusieurs nouvelles positives. Les investisseurs ont accueilli avec soulagement la forte diminution des prix de l’énergie, surtout en Europe où le prix du gaz naturel a chuté de 25% supplémentaires lors du mois écoulé. Cette évolution a favorisé une baisse sensible des anticipations d’inflation et conforté le sentiment que le pic d’inflation est désormais passé. La réouverture de l’économie en Chine a également été reçue cinq sur cinq par les marchés, la levée des restrictions sanitaires alimentant l’optimisme d’assister à un redressement rapide de la conjoncture.

Les marchés boursiers ont profité de ce contexte favorable pour réaliser un carton plein. Aux Etats-Unis, l’indice S&P 500 a fini en hausse de 6,2% en janvier et signé son meilleur début d’année depuis 2019. Malmené à souhait l’an dernier, l’indice Nasdaq à dominante technologique a même bondi de plus de 10%, un gain inédit depuis 2001. En Europe, l’indice STOXX Europe 600 (+6,7%) n’avait plus pris un aussi bon départ depuis 2015, le secteur bancaire (+14%) enregistrant pour sa part son meilleur mois de janvier depuis 1987. Les marchés émergents ont quant à eux affiché une hausse moyenne de 7,9%. Après une performance 2022 délétère, les marchés obligataires ont retrouvé leurs esprits et ont enregistré des gains solides dans toutes les catégories. Du côté des émetteurs souverains, les bons du Trésor US et les emprunts d’Etat de la zone euro ont progressé de respectivement 2,5% et 2,4%. De leur côté, les obligations du secteur privé ont engrangé des gains compris entre 2% et 4%, les obligations libellées en dollars surperformant généralement celles libellées en euros.

Les investisseurs voient à nouveau le verre à moitié plein

Le rebond des marchés boursiers amorcé en octobre dernier est justifié au vu des évolutions macroéconomiques récentes. La décrue des prix de l’énergie, qui est une véritable bouffée d’oxygène pour la zone euro, et le redémarrage rapide de l’activité en Chine font que les perspectives de croissance mondiale apparaissent bien moins sombres qu’il y a peu et que les marchés voient plutôt le verre à moitié plein. Par ailleurs, les résultats trimestriels des entreprises ont été dans l’ensemble plus résilients que craint. La croissance des bénéfices devrait certes marquer le pas en 2023, mais nous n’attendons pas une forte contraction de ceux-ci, a fortiori si la conjoncture mondiale se stabilise. Beaucoup dépendra cependant de la capacité des banques centrales à ramener l’inflation dans les clous sans brider la croissance de façon excessive. Le scénario d’un taux final inférieur à 5% et d’une inflexion de la politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) au 2e semestre tient actuellement la corde sur les marchés. Cela dit, le retour à la normale de l’inflation prendra probablement encore beaucoup de temps. Il pourrait aussi obliger la Fed - qui estime que son combat contre l’inflation est loin d’être fini - à maintenir une politique restrictive pendant une période prolongée.

Rester investi sur les marchés, ne pas négliger les thèmes d’investissement à long terme

Nous recommandons de rester investi sur les marchés mais de ne pas courir après le rallye boursier à tout prix. Sur le plan régional, nous privilégions l’Europe par rapport aux Etats-Unis. Le marché d’actions européen continue d’afficher une décote de valorisation importante par rapport au marché américain, la composition de l’indice est davantage orientée vers les actions cycliques et de valeur, la réouverture de la Chine est un catalyseur positif et la dynamique de révisions des bénéfices est plus favorable en Europe. Nous estimons également que nos thèmes d’investissement à long terme portés par des mégatendances restent très pertinents et constituent une source de valeur ajoutée pour les portefeuilles. Nous préconisons un bon équilibre entre d’une part, des thèmes défensifs comme les soins de santé et les infrastructures et, d’autre part, des thèmes de type croissance tels que, par exemple, la cybersécurité et la transition énergétique.

Verrouiller des rendements obligataires attractifs

L’inflation record et le cycle de resserrement monétaire agressif des banques centrales qu’elle a provoqué ont lourdement pesé sur les marchés obligataires l’an dernier. La remontée spectaculaire des taux obligataires qui en a découlé a cependant marqué la fin de l’ère des rendements négatifs et le retour de rendements dignes de ce nom après une longue période de disette. La fenêtre d’opportunités qui s’est ouverte offre ainsi la possibilité de verrouiller des rendements attractifs.

Les obligations d’entreprises Investment Grade sont privilégiées

Dans l’environnement de marché actuel, les obligations d’entreprises Investment Grade, qui allient qualité et rendement, nous semblent être une proposition plus séduisante que les obligations spéculatives d’un point de vue rendement-risque. Leurs rendements évoluent à des niveaux qui n’avaient plus été observés depuis plus d’une décennie et les spreads de crédit (= primes de risque) reflètent un scénario trop pessimiste pour les taux de défaut de paiement par rapport à la moyenne historique. Dans ce segment, les obligations du secteur financier ne manquent certainement pas d’attrait. Malgré des bilans globalement très solides, les émetteurs financiers offrent un surcroît de rendement appréciable par rapport aux émetteurs non financiers. De plus, le contexte de taux plus élevés devrait fortement jouer en leur faveur grâce à l’augmentation des revenus tirés des marges d’intérêt. Au vu de l’amélioration des fondamentaux des pays émergents et d’un potentiel de rendement qui reste important, les obligations d’entreprises des marchés émergents peuvent également constituer une piste de diversification intéressante parmi les catégories obligataires plus dynamiques.

Votre portefeuille est-il encore adapté à la situation économique ?

Vous n'êtes pas encore client(e) ?

Devenez client pour profiter des conseils de nos experts. 

Vous êtes déjà client(e) ?

Appelez Talk & Invest au 078 156 157 ou prenez rendez-vous dans votre Advisory Center au 078 155 150 ou en ligne.

Curieux.se de savoir quelles solutions nous offrons en matière de gestion de portefeuille ?

Curieux.se de savoir quelles solutions nous offrons en matière de gestion de portefeuille ?

Curieux.se de savoir quelles solutions nous offrons en matière de gestion de portefeuille ?

Recevez gratuitement Money Expert, notre magazine pour les investisseurs

Recevez gratuitement Money Expert, notre magazine pour les investisseurs

Recevez gratuitement Money Expert, notre magazine pour les investisseurs

Partagez cet article

Ceci pourrait également vous intéresser

3 février 2023

Les perspectives pour la bourse allemande sont-elles favorables ?

3 février 2023

La BCE maintient le cap

2 février 2023

La Fed ralentit le rythme de ses hausses de taux