Pour investir durable, le Belge préfère les fonds aux ETF

Marchés

Les fonds belges dépassent 200 milliards d’euros, un record

2 décembre 2021 - Lu en 2 min

Article publié dans L’Écho le 26 novembre 2021

Les fonds sont de plus en plus populaires auprès des investisseurs belges. L’encours total des fonds de placement belges a dépassé 200 milliards d’euros le mois dernier, un record absolu, montrent des statistiques inédites de la FSMA, l’Autorité des services et marchés financiers, que L’Écho a pu consulter en primeur. Cette institution qui supervise les produits financiers proposés au grand public dans notre pays publie, ce vendredi, pour la toute première fois, des données trimestrielles sur les fonds belges, pour mieux cerner les évolutions de ce marché en pleine expansion.

À la fin du troisième trimestre, le montant total des fonds soumis au contrôle de la FSMA a atteint 199,7 milliards d’euros. Le marché a été à nouveau sondé exceptionnellement le 22 octobre pour vérifier si le seuil des 200 milliards avait été franchi. Et effectivement, à cette date, l’encours total des fonds belges a atteint 205 milliards d’euros.

Hausse des souscriptions

«Ces données traduisent un appétit des Belges pour une gestion plus active de l’épargne», analyse Jean-Paul Servais, le président de la FSMA. «On a coutume de dire que les Belges sont réticents à la prise de risque et ne jurent que par le compte d’épargne; c’est moins le cas à présent.» À la fin du mois de septembre, l’encours total des comptes d’épargne s’établissait à 298,2 milliards d’euros, selon la Banque nationale. Mais M. Servais souligne qu’en un an, la progression des fonds d’investissement est sans commune mesure avec celle des livrets.

L’actif net total des fonds belges a enregistré une progression de 27% (+42 milliards d’euros) par rapport au montant enregistré à la fin de septembre 2020, tandis que, sur cette période, l’encours des comptes d’épargne n’a grimpé que de 2% (+6 milliards d’euros). Conclusion de Jean-Paul Servais: «La rhétorique habituelle au sujet de l’aversion au risque des Belges est peut-être dépassée.»

Certes, la progression des fonds est en grande partie due à l’évolution favorable des marchés qui a accru la valeur des actifs détenus par les fonds. Mais la FSMA observe aussi une forte hausse des souscriptions. En un an, 65,6 milliards d’euros ont été apportés dans les fonds et les retraits ont atteint 48,4 milliards, ce qui donne des souscriptions nettes de plus de 17 milliards.

Fonds durables plébiscités

Les chiffres trimestriels montrent aussi une diminution du nombre de compartiments de fonds proposés en Belgique. On en recensait 681 fin septembre, contre 774 un an plus tôt. Pour Jean-Paul Servais, «ce n’est pas un problème». «On sait, sur base empirique, que plus les fonds sont grands, plus il existe de possibilités de maîtriser les coûts. Or, la gestion des coûts est un élément que les régulateurs suivent de près.» Autrement dit, cette évolution est synonyme d’une saine gestion dans le secteur. La FSMA constate aussi que les types de fonds qui ont eu le plus de succès sont, sans surprise, les fonds mixtes et les fonds d’actions (voir l’infographie), tandis que les fonds d’épargne-pension ont continué à croître de façon plus limitée.

Enfin, les investisseurs optent de plus en plus pour les fonds durables. En se basant sur la nouvelle réglementation européenne en la matière, la FSMA observe que la part de marché de ces fonds appliquant des critères de durabilité est passée de 51% à plus de 56% en un an. L’encours des fonds non durables a quant à lui nettement fléchi au troisième trimestre. «Cela confirme qu’il existe une demande des investisseurs de pouvoir investir de manière positive», conclut Jean-Paul Servais.

Les fonds belges dépassent 200 milliards d’euros, un record

Philippe Galloy
Copyright © 2021 Mediafin. All rights reserved

Investissements durables : comment identifier les nuances de vert ?

Investissements durables : comment identifier les nuances de vert ?

Investissements durables : comment identifier les nuances de vert ?

L’offre en investissements durables s’étoffe mais on peut facilement se perdre dans la pléthore de solutions proposées. Tentons d’y voir clair pour vous permettre d’investir en connaissance de cause.

L’offre en investissements durables s’étoffe mais on peut facilement se perdre dans la pléthore de solutions proposées. Tentons d’y voir clair pour vous permettre d’investir en connaissance de cause.

L’offre en investissements durables s’étoffe mais on peut facilement se perdre dans la pléthore de solutions proposées. Tentons d’y voir clair pour vous permettre d’investir en connaissance de cause.