Banque au quotidien

Banque au quotidien

Comment les entreprises peuvent-elles survivre au Covid ?

Comment les entreprises peuvent-elles survivre au Covid ?

29 octobre 2020 - Lu en 6 min 30

Auteur, conseiller, keynote speaker et serial entrepreneur, Peter Hinssen est l’un des experts les plus prisés lorsqu’il s’agit d’analyser l’innovation, le leadership et l’impact du numérique sur les entreprises et sur la société. Peter enseigne dans de prestigieuses universités, et il est le fondateur de nexxworks, un forum qui aide les entreprises à innover et à prospérer. Son dernier livre, paru en mars 2020 et intitulé ‘The Phoenix and the Unicorn’ se penche plus spécifiquement sur l’innovation au sein des entreprises.

Qui est Peter Hinssen ?
Photo : Rob Clayton

Qui est Peter Hinssen ?
Photo : Rob Clayton

Qui est Peter Hinssen ?
Photo : Rob Clayton

Il n’est jamais trop tard

“Trois constats sautent aux yeux. Premier constat, ce sont les entreprises bien préparées, en l’occurrence grâce à leur présence en ligne, qui s’en sortent le mieux. Ce constat est bien sûr embarrassant pour les sociétés qui n’ont pas été prévoyantes, mais j’ai une bonne nouvelle pour elles : il n’est jamais trop tard.”

“Un exemple ? Walmart. Au 20e siècle, cette entreprise régnait encore sans partage sur la grande distribution aux États-Unis. Il n’y a que deux ou trois ans qu’elle ressent la menace d’Amazon. Cette prise de conscience très tardive a incité ce distributeur à investir massivement dans le commerce en ligne, avec un énorme retour sur investissement – ou plutôt sur innovation – lors de la première vague du coronavirus aux États-Unis. Amazon est l’un des grands gagnants de la crise, mais Walmart a fait mieux que se défendre.”

“De nombreuses enseignes pensent encore que le commerce en ligne générera un chiffre d’affaires de quelques pour cent supplémentaires. Elles n’ont pas encore pris conscience que les ventes ‘online’ peuvent aisément atteindre 20%, voire la moitié de leur chiffre d’affaires. »

En avant toute

“Deuxième constat : les entreprises qui étaient déjà prêtes sur le plan digital ont pu passer instantanément à la vitesse supérieure. Pour elles, pas question de d’abord prendre la température, on se jette à l’eau immédiatement ! Disney, par exemple, a connu un début de pandémie désastreux : cinémas fermés, parcs d’attractions interdits au public. Heureusement, leur service de streaming (plateforme de vidéo à la demande, Disney+) a très bien fonctionné. Un succès qui les a fait réfléchir. Ils ont dès lors décidé de ne pas sortir Mulan – leur dernier film – dans les salles, mais directement sur leur plateforme de vidéo à la demande. Bien entendu, il n’est pas évident de donner un tel coup d’accélérateur à son business si l’on n’a pas fait démarrer le moteur au préalable.”

Big, bigger, biggest

“Troisième grand constat : les avantages liés à la taille. Plus une entreprise est grande, mieux elle s’en sort. La valeur boursière d’Apple vient de franchir le cap des 2.000 milliards de dollars et celle d’Amazon la barre des 1.500 milliards. Google et Facebook ont également très bien traversé la tempête, alors qu’ils sont pourtant beaucoup plus dépendants de la publicité. Ces géants sont sortis renforcés de la crise. Comme le dit le Wall Street Journal, c’est aujourd’hui ‘les big tech contre le reste du monde’.”

“Qu’en tirer comme enseignements pour les entreprises belges ? Que l’on ne soulignera jamais assez l’importance de la présence en ligne, même pour les plus petites entreprises. Tenez, un exemple : je suis bricoleur et je m’efforce moi aussi d’acheter ‘local’ mais, quand je m’entends dire au magasin que les boulons dont j’ai besoin ne seront disponibles que la semaine prochaine, si le camion n’a pas de retard... Sur internet, je trouve immédiatement mes boulons et ils me sont livrés le lendemain. Dans ce domaine, les entreprises belges ont encore beaucoup de chemin à parcourir.”

"Mulan, le dernier Disney, n’est même pas sorti dans les salles, mais directement en streaming."

Qui est Elke Jeurissen ?

Qui est Elke Jeurissen ?

Qui est Elke Jeurissen ?

Elke Jeurissen est l’ex-porte-parole du ministre des Entreprises publiques, ainsi que l’initiatrice de fierce-ladies.com. Elke aide les entreprises à accroître leur diversité. Dans son blog vidéo Inclusive leaders connect (elkejeurissen.com), elle conseille les chefs d’entreprise dans leur approche de la diversité. Enfin, durant le confinement, elle a lancé en Flandre, avec 9 autres bénévoles, une app gratuite d’assistance aux devoirs (magikietsvragen.be). Depuis juillet, Elke Jeurissen est commissaire du gouvernement auprès du VDAB (l’équivalent flamand du Forem et d’Actiris).

Une taille plus humaine

“À présent que nous sommes entrés dans la deuxième vague de l'épidémie, on y voit désormais plus clair. Certains secteurs se sont bien comportés durant la première vague, comme l’alimentation, les télécoms et l’immobilier. D’autres ont essuyé́ les plâtres. Selon moi, le principal défi auquel sont confrontés les chefs d’entreprise est de garder le cap et d’inciter leurs collaborateurs à aller de l’avant, malgré toutes les difficultés. Plus que jamais, il est essentiel de pouvoir compter sur de bons people managers.”

“Les jeunes recherchent de plus en plus des employeurs qui à leurs yeux développent une certaine ‘pertinence sociétale’. Cette évolution était perceptible avant le coronavirus, et elle l’est encore plus depuis. Prenons l’exemple de Bloomberg, la société de services financiers, qui met depuis longtemps l’accent sur les résultats sociétaux et environnementaux des entreprises, et plus seulement sur leurs performances financières. Depuis peu, Bloomberg s’efforce d’intégrer dans la cotation des sociétés leur impact à long terme sur la collectivité. Cette tendance a été accentuée par la Covid-19.”

Une meilleure politique de la diversité

“La pandémie a replacé l’humain au centre du jeu. Comment combiner le télétravail avec la garde des enfants, par exemple ? Les patrons et les travailleurs ont appris à̀ se voir autrement qu’à̀ travers le seul prisme économique. C’est une excellente évolution pour toutes les parties impliquées, car les collaborateurs peuvent désormais exprimer pleinement leur potentiel. Jusqu’à̀ présent, c’était surtout les ambitieux qui faisaient carrière au détriment des introvertis, dont le potentiel restait inexploité́. Les choses sont en train de changer, et c’est très bien !”

“Idem pour le télétravail et le travail flexible. Jusqu’il y a quelques mois, ces deux formes de travail n’étaient pas très appréciées par la plupart des entreprises. Résultat : ceux qui pratiquaient assidûment le télétravail se voyaient généralement barrer toute chance de promotion. Les employeurs ont dû revoir leur jugement, ce qui leur permet de mieux utiliser les talents et le potentiel de chacun. Selon moi, c’est l’essence même d’une bonne politique de la diversité : créer un environnement dans lequel le potentiel de chacun est pleinement exploité et qui favorise l’innovation pertinente.”

Innovation et opportunités

“Je perçois encore un grand potentiel d’innovation dans l’approche préventive des soins de santé́. Jusqu’à̀ présent, la médecine a toujours été́ de nature plutôt curative alors qu’en l’absence de vaccin, notre système immunitaire est notre seule défense. Comment renforcer notre immunité́ ? Par une approche préventive globale. L’enseignement aussi est en pleine révolution. Dans le système scolaire, il existe un grand nombre d’enfants en situation de fragilité́. Voilà pourquoi, avec 9 autres bénévoles, j’ai créé magikietsvragen.be. Il s’agit d’une plateforme d’accompagnement scolaire. Cela n’a rien d’extraordinaire, si ce n’est l’envergure du projet et le fait que tout se déroule via internet. Voilà̀ bien la preuve que la dimension digitale est nécessaire, tout comme le contact humain.”

"Dans les entreprises, ce sont les ambitieux qui font carrière au détriment des introvertis, dont le potentiel reste inexploité́. Heureusement, les choses changent." 

Wouter De Geest est président du Voka (le réseau des employeurs flamands). De 2007 au 1er janvier 2020, il a été CEO de BASF Anvers. Il figure parmi les 6 experts indépendants qui assistent le gouvernement flamand dans la relance de l’économie.

Qui est Wouter De Geest ?
Photo : Voka

Qui est Wouter De Geest ?
Photo : Voka

Qui est Wouter De Geest ?
Photo : Voka

Innovation tous azimuts

“On ne peut pas sous-estimer l’ampleur de cette crise. La perte de chiffre d’affaires est de 20%, soit le plus grand recul depuis la deuxième guerre mondiale. Et ce pourcentage n’est qu’une moyenne ; certaines entreprises ont perdu bien davantage. Le coronavirus a eu un effet de loupe sur l’économie et les entreprises. Depuis le début de l’épidémie, nos forces et nos faiblesses sont démultipliées.”

“En marge de cet impact négatif, j’observe aussi de l’innovation tous azimuts. Il y a quelques mois, qui aurait prédit qu’un nombre aussi important de travailleurs se mettraient au télétravail ? L’innovation a aussi bénéficié́ aux produits et aux services. Des accessoires portatifs qui vous aident à̀ respecter la distanciation, des masques intelligents permettant un suivi à distance des patients... les entreprises belges ont fait la une de l’actualité́ mondiale grâce à leurs innovations.”

Leçon d’humilité

“Les autorités publiques ont vite pris les mesures qui s’imposaient, ce qui nous a permis de bien surmonter la première vague. Une chose est sûre, cependant : il ne sera pas possible de sauver toutes les entreprises. L’espoir d’une reprise en V s’amenuise de semaine en semaine. L’État belge a-t-il bien géré́ cette crise ? Nous ne disposions certes pas des mêmes réserves que l’Allemagne ou les Pays-Bas, mais nous n’avons pas à̀ rougir pour autant. En gros, les budgets ont été́ bien utilisés.”

“Et depuis la rentrée, les entreprises belges ne baissent pas les bras. La volonté de rebondir est omniprésente. La lutte contre le virus n’est pas un sprint. C’est une série de marathons, dont personne ne peut prédire l’intensité ni la durée. Face à ce gigantesque défi, les Belges ont la volonté́ d’en sortir. Le coronavirus nous a donné́ une leçon d’humilité, mais nous en sortirons plus forts. Quant aux fondamentaux, ils resteront inchangés : quand la crise sera passée, la pénurie de talents et de main-d’œuvre se manifestera à nouveau. En ce sens, la pandémie représente une opportunité sans précédent de repenser l’ensemble de notre système socio-économique, et de le rendre plus digital, plus durable et plus respectueux de notre santé.”

"La lutte contre le coronavirus n’est pas un sprint. C’est une série de marathons, dont personne ne peut prédire l’intensité ni la durée."

Votre portefeuille est-il prêt pour l’avenir ?


Appelez nos experts via Talk & Invest au 078 156 157

Prenez rendez-vous dans votre Financial Center au 078 155 150