Téléphone

Deutsche Bank

En résumé

  • La lutte contre le réchauffement climatique est intéressante non seulement d’un point de vue écologique, mais aussi économique.
  • Conformément à son ‘Green Deal’, l’Union européenne ambitionne de devenir climatiquement neutre en 2050.
  • Cette ambition rend d’autant plus intéressants les investissements à long terme dans l’environnement et la transition climatique.

Sous l’effet des gaz à effet de serre, notre environnement se transforme de plus en plus vite. Ces changements se font sentir partout dans le monde. Les glaciers fondent, le niveau des mers augmente et les phénomènes météorologiques extrêmes se multiplient.

Selon l’ONU, les pertes économiques dues à ces épisodes extrêmes entre 1998 et 2017 se chiffrent à 3.000 milliards de dollars. Chez nous aussi, les effets sont visibles. Les plantes et les animaux confondent les saisons, les températures battent des records et, certains jours, l’air que nous respirons est pollué par le smog.

Ceci n’est pas une pomme

Les pouvoirs publics – à l’image de l’Union européenne, qui a récemment annoncé son ambition de devenir climatiquement neutre à l’horizon 2050, et ce dans le cadre de son ‘Green Deal’ - les citoyens et les entreprises n’ont d’autre choix que de participer au combat. Et ils ont de bonnes raisons de le faire.

La lutte contre le réchauffement climatique se justifie du point de vue écologique, mais aussi économique. En consommant moins de matières premières et en rendant les systèmes de production plus efficaces, on épargne l’environnement, mais aussi de l’argent.

En outre, les consommateurs font de plus en plus pression sur les entreprises afin qu’elles développent des alternatives respectueuses de l’environnement. Ils ne se demandent plus seulement : “Que puis-je faire ?” ou “Combien ce produit coûte-t-il ?”. Mais aussi : “Est-ce qu’il n’y a pas trop d’emballage ? N’est-il pas préférable d’acheter des pommes belges, plutôt que des kiwis qui viennent de loin ?” Les entreprises ne peuvent plus rester inactives sur ce front.

Opportunités

De nombreux investisseurs considèrent les enjeux liés au changement climatique comme une opportunité d’investissement prometteuse. “Mais en comparaison avec le vaste marché d’actions, ce thème n’est certainement pas survalorisé aujourd’hui”, explique Thomas Sørensen, expert en investissements axés sur le climat. “En outre, il reste beaucoup de potentiel inexploité. Par exemple dans le domaine de la gestion des déchets. Chaque année, notre planète génère 78 millions de tonnes de déchets. Seulement 14% de ces déchets sont recyclés, dont il faut retrancher 4% de pertes lors des processus de production. Il y a donc encore beaucoup de potentiel d’amélioration. Et là nous ne parlons que de la gestion des déchets.”

“Dans de très nombreux secteurs tels que les transports, l’industrie, la construction, les services aux collectivités (eau, électricité, gaz, etc.) ou l’agriculture, l’utilisation plus efficace des matières premières et de l’énergie en est au stade des balbutiements”, continue Thomas Sørensen. “D’énormes quantités de matières premières, donc d’argent, sont encore gaspillées à cause des processus inefficients et des pertes. La lutte contre le changement climatique est donc devenue une nécessité non seulement écologique, mais aussi économique. Voilà pourquoi les investissements sur le long terme dans le domaine du climat et de l’environnement recèlent beaucoup de potentiel.”

Investir pour lutter contre le réchauffement climatique ?

Découvrez notre solution.

Articles liés