Téléphone

Deutsche Bank

En résumé

  • L’économie néerlandaise affiche une santé de fer. L’AEX, l’indice phare de la bourse d’Amsterdam, est sensible à la conjoncture et donc en bénéficie.
  • Les poids lourds de l’AEX se sont ainsi distingués depuis le début de l’année. L’indice AEX a bondi de plus de 17% sur les 4 premiers mois de 2019.
  • Aujourd’hui, les actions néerlandaises ne semblent pas chères au regard de leurs valorisations historiques. Y investir comporte évidemment certains risques, notamment à cause de l’exposition des Pays-Bas au Brexit.

Au moment d’écrire ces lignes, les Pays-Bas affichent une santé économique éclatante, ce qui se reflète dans les performances boursières des sociétés néerlandaises. Sur les quatre premiers mois de 2019, l’indice AEX – qui reprend les 25 plus grandes capitalisations de la bourse d’Amsterdam - a bondi de plus de 17%.

Ce n’est pas un hasard. Pour l’économie néerlandaise, tous les voyants sont actuellement au vert. La croissance économique a atteint 2,7% l’an dernier, soit près du double de la croissance du PIB (produit intérieur brut) de la Belgique1. Le taux de chômage est même tombé à 3,4%, le plus faible niveau depuis 2003, d’après les chiffres du bureau central des statistiques néerlandais.

Grâce à cette conjoncture favorable, l’État affiche, lui aussi, des comptes plutôt flatteurs. Au cours des quatre dernières années, sa dette publique a fondu, passant de 67,9 % du PIB en 2014 à 52,4 % du PIB l’année dernière. Il dégage même un excédent budgétaire confortable de 11 milliards d’euros. Cette maîtrise budgétaire est rassurante pour les entreprises: en cas de retournement conjoncturel, les pouvoirs publics pourraient puiser dans leurs réserves pour soutenir l’économie.

Un très bon début d’année

Les entreprises tirent aussi beaucoup de leurs revenus des exportations. Comme la croissance économique devrait encore être au rendez-vous à l’échelle mondiale cette année, les investisseurs ont logiquement continué à soutenir les cours boursiers des sociétés cotées.

Depuis le début de l’année, l’AEX a pu compter sur de bonnes prestations de ses poids lourds, à savoir le groupe énergétique Royal Dutch Shell (+ 11,01%), le géant des produits de grande consommation Unilever (+ 13,79%) et surtout le groupe technologique ASML Holding (+ 35,27%), trois valeurs qui représentent plus de 40% de la pondération de l’indice2.

Cet indice est taillé pour tirer profit de la croissance économique. Il est aussi composé de sociétés sensibles aux cycles conjoncturels, telles que le sidérurgiste ArcelorMittal et les spécialistes de la chimie DSM et Akzo Nobel, entre autres. Mais il comporte aussi quelques valeurs au profil plus défensif, comme le groupe de distribution Ahold Delhaize, toujours prisé des investisseurs belges, ou encore le groupe brassicole Heineken, numéro deux mondial derrière AB InBev.

Actions bon marché

Les actions de l’AEX ne semblent pas chères au regard de leurs valorisations historiques. Début mai, leurs cours de Bourse représentaient environ quinze fois leurs bénéfices estimés2, alors que ce ratio était supérieur à ce niveau entre 2012 et 2017.

Investir dans cet indice implique évidemment une certaine prise de risque. À cause de son profil dynamique, l’AEX est exposé à un éventuel changement de cap de l’économie mondiale.

Or, la croissance économique des Pays-Bas devrait ralentir et se situer autour de 1,7% cette année et en 2020, d’après les prévisions de la Commission européenne3. Mais le plus grand risque qui pèse sur l’économie néerlandaise est l’incertitude qui entoure la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Un Brexit désordonné pourrait leur coûter 1 à 2% de croissance. La Grande-Bretagne est le troisième partenaire commercial des Pays-Bas, derrière l’Allemagne et la Belgique4. À l’inverse, si la question du Brexit se règle sans heurts, l’économie hollandaise pourrait bien sortir gagnante, tout comme son marché boursier.

Vous souhaitez tirer profit des perspectives liées à l’indice AEX ?

Découvrez notre solution

Articles liés

1. Source : https://www.lecho.be/economie-politique/europe/economie/les-pays-bas-affichent-une-sante-economique-insolente/10111855.html
2. Source : Bloomberg, chiffres au 30/04/2019.
3. Source : https://ec.europa.eu/info/sites/info/files/economy-finance/ecfin_forecast_winter_07_02_19_nl_en.pdf
4. Source : https://longreads.cbs.nl/trends18/economie/cijfers/internationale_handel/