En résumé

  • « En période de volatilité, la gestion de votre portefeuille doit être encore plus réfléchie », estime Bert Flossbach, gestionnaire de fonds.
  • « Quand une baisse ne s’explique pas par une évolution fondamentale, elle ne peut plus être qualifiée de risque, mais plutôt d’opportunité. »
  • « La croissance à long terme est plus importante qu’une valorisation alléchante à court terme. »

Un maigre 0,11% d’intérêt sur les livrets d’épargne en Belgique, alors que l’inflation se monte à 1,99% (janvier 2019) ? Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que cette équation nuit gravement au pouvoir d'achat. Or, les montants sur les comptes d’épargne belges continuent de gonfler, comme le révèlent les derniers chiffres de la Banque Nationale de Belgique. Autre constat marquant : les ménages belges ne prennent même plus la peine de transférer de l’argent de leur compte courant (à 0%) vers leur compte d’épargne (à 0,11%)…

Franchir le pas

Une enquête réalisée en 2018 par J.P. Morgan Asset Management auprès de 1.000 Belges révèle que 2 personnes sur 3 ne sont pas satisfaites du rendement de leur épargne. Mais dans la pratique, la barrière à l’investissement semble encore élevée. En cause : les variations inhérentes aux investissements, que la majeure partie des épargnants redoutent. Or, celui qui souhaite faire fructifier son patrimoine aujourd’hui, doit être disposé à accepter un niveau de risque plus élevé.

Le risque, c’est quoi ?

Le concept de ‘risque’ peut se définir de différentes manières. « Pour de nombreux investisseurs particuliers, une baisse des cours est un risque », commence Bert Flossbach, cofondateur de la maison de gestion Flossbach von Storch Invest S.A. « Pour nous, une baisse signifie tout simplement qu’il y a provisoirement davantage de vendeurs que d’acheteurs. Ce qui nous intéresse, c’est la raison sous-jacente de cette baisse. Quand une baisse ne s’explique pas par une évolution fondamentale, elle ne peut plus être qualifiée de risque, mais plutôt d’opportunité. »

Réduire ou augmenter la voilure

« Un investisseur professionnel se concentre sur deux choses », poursuit Bert Flossbach. « Primo, trouver un actif susceptible de prendre de la valeur à long terme. Secundo, optimiser le prix qu’il doit payer pour profiter de cette croissance. Le véritable risque, c’est donc que l’augmentation potentielle de valeur ne se concrétise pas comme prévu. Lorsque le cours d’une action augmente, l’investisseur professionnel aura tendance à conserver sa position ou à prendre son bénéfice. Lorsque le cours baisse – sans changement des ‘fondamentaux’ – ce sera à ses yeux le moment de renforcer sa position. »

Fonds mixtes flexibles

« Sur le long terme, c’est la plus-value de votre portefeuille qui compte », souligne Bert Flossbach. « Les fluctuations de cours sont inhérentes aux investissements. En fait, il est plus important que la croissance soit au rendez-vous à long terme, plutôt qu’une valorisation alléchante à court terme. Cette nuance est difficile à comprendre pour l’investisseur particulier. Racheter un actif lorsque son prix est bas semble logique, mais pas toujours simple à appliquer. » C’est la raison pour laquelle de nombreux investisseurs belges optent pour les fonds mixtes flexibles. Les gestionnaires de ces fonds s’adaptent aux évolutions du marché : ils osent profiter des opportunités, tout en évitant de prendre de trop grands risques.

Raison ou émotion

Les fonds mixtes flexibles sont gérés activement par des investisseurs professionnels. Ces experts possèdent souvent plus de 20 ans d’expérience des marchés financiers. Autre avantage de cette approche : ces gestionnaires parviennent à ne pas tenir compte des émotions à court terme qui guident parfois les marchés, pour mieux se concentrer sur le rationnel et le long terme. Lorsque la volatilité est plus importante et que les investisseurs particuliers ont tendance à adopter un comportement grégaire, cette gestion par des professionnels peut générer une appréciable plus-value. Chaque gestionnaire peut opter dans sa stratégie pour des accents différents, afin d’offrir davantage de diversification à l’investisseur. Voilà pourquoi Deutsche Bank distribue un large éventail de fonds mixtes, dont deux fonds gérés par Flossbach von Storch Invest S.A.

Les 5 règles d’or pour bien investir

d’après la maison de gestion Flossbach von Storch Invest S.A.

1. Diversification
Investir de manière 100% sûre, cela relève du rêve. Par contre, il y a vraiment moyen de réduire les risques. Pour ce faire, il faut diversifier ses investissements.

2. Valorisation
Le prix est ce que vous payez pour un actif, la valeur c’est ce que le marché est prêt à vous en offrir. Évitez d’opter pour des thèmes d’investissement à la mode, qui peuvent se révéler trop chers à l’achat, ainsi que pour des actifs dont la valeur intrinsèque laisse à désirer, même si leur cours semble à première vue intéressant.

3. Qualité
Le rendement d’un portefeuille ne se mesure pas sur le court terme. Soyez plutôt attentif à la qualité intrinsèque de vos investissements, aux revenus potentiels sur le long terme et surtout à leur prévisibilité.

4. Solvabilité
Un endettement trop élevé est la cause de faillite la plus fréquente. Évitez les entreprises qui trop endettées..

5. Flexibilité
La bourse est capricieuse. Souvent, elle a tendance à exagérer ses humeurs, dans un sens comme dans l’autre. En conservant un matelas de liquidités, vous disposez en permanence de la flexibilité voulue pour réagir à des opportunités ou à des évolutions imprévues.

Les fonds mixtes flexibles vous intéressent ?

Découvrez notre vaste gamme

Articles liés