En résumé

  • L'administration américaine a réintroduit une tranche supplémentaire de droits de douane sur les importations en provenance de Chine à compter du 1er septembre.
  • Les marchés financiers sont passés en mode d’aversion au risque, les actions chutant et les valeurs refuges gagnant du terrain. La réaction du marché a été la plus importante dans le secteur des matières premières . Le pétrole a diminué de 7%, tandis que l'or a augmenté de 1,9%.
  • Nous nous attendons à ce que la volatilité demeure élevée à court terme, car les marchés doivent composer avec des répercussions négatives sur les bénéfices des sociétés et le risque de représailles de la Chine.
  • Nous réitérons notre position prudente de "réévaluer les risques dans le portefeuille et revoir la composition vers des secteurs plus défensifs".

1. Que s’est-il passé ?

Dans un revirement récent de la saga commerciale entre les États-Unis et la Chine, le président Trump a annoncé que les USA imposeraient un droit de douane supplémentaire de 10% sur les 300 milliards de dollars de marchandises et de produits en provenance de la Chine qui sont encore en circulation aux États-Unis.

Plus tôt cette semaine, des représentants américains se sont rendus à Shanghai pour relancer les négociations commerciales dans l'impasse. Peu de temps après, on a appris que les réunions avaient été constructives et que les Chinois s'engageraient à acheter davantage de produits agricoles pour faire une autre concession afin d'apaiser les États-Unis.

Toutefois, il semble maintenant que les discussions n'ont pas été aussi productives qu'on l'espérait au départ et que le calendrier des tarifs proposés sera défavorable puisque la prochaine série de discussions n'aura lieu qu'en septembre, à Washington.

Avec cette nouvelle annonce, une grande partie de ce qui est "Made in China" entrerait dans le champ d'application des tarifs. La liste des produits comprend une série de biens de consommation et de technologie, des jouets, des chaussures et des vêtements divers.

2. Comment les marchés ont-ils réagi ?

Les marchés financiers ont été pris au dépourvu et sont rapidement passés en mode d’aversion au risque.

L’indice S&P 500 des principales actions américaines a chuté de 1,9% à 2 952 points, tandis que le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans a diminué de 16 points de base à 1,89%, atteignant son plus bas niveau depuis novembre 2016.

La réaction des investisseurs a été encore plus prononcée sur les marchés des matières premières avec une baisse significative du pétrole de 7,3% (WTI) et 6,4% (Brent). L'or, généralement perçu comme une valeur refuge, a gagné 1,9% à 1 440 dollars.

Du côté des devises, le dollar s'est affaibli par rapport aux autres monnaies du G4, en particulier par rapport au yen japonais (-1,38%).

3. Qu'est-ce que cela signifie pour les investisseurs ?

De toute évidence, certains acteurs du marché ont été surpris par l'annonce faite par le président américain de réintroduire les droits de douane proposés sur les 300 milliards de dollars restants des importations américaines en provenance de Chine. Et ce, un jour seulement après la conclusion du douzième cycle de négociations commerciales entre les deux parties. Toutefois, cela nous rappelle la nature erratique de ces négociations et leur impact important sur les marchés financiers.

Compte tenu de la forte probabilité de nouvelles représailles de la part de la Chine (peut-être sous la forme d'une augmentation des droits de douane sur les importations américaines, d'un boycott des produits américains, d'une intervention sur le marché des changes, d'une menace d'interdiction des exportations de terres rares) et des répercussions possibles sur les bénéfices des sociétés, nous nous attendons à ce que ces développements fassent ombrage aux nouvelles légèrement positives des bénéfices du 2ème trimestre. Par conséquent, la volatilité devrait selon nous demeurer élevée dans l'immédiat.

Plus à moyen terme, on s'attend à ce que cette escalade « œil pour œil, dent pour dent » se poursuive. L'incertitude persistante confirme que les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine constituent l'un des plus grands risques pour l'expansion de l'économie américaine et confirme donc la position accommodante de la Fed et la réduction préventive des taux d'intérêt annoncée mercredi.

Nous réitérons notre approche plutôt prudente de réévaluation des risques et invitons à revoir la composition du portefeuille. Nous recommandons également de mettre l'accent sur le segment des obligations offrant du rendement (p. ex. les obligations libellées en dollars des marchés émergents) et sur les tendances à long terme dans le secteur des actions.

Vos placements sont-ils toujours adaptés à la réalité économique ?

Appelez nos experts de Talk & Invest au 078 156 157.

Prenez rendez-vous dans votre Financial Center au 078 155 150.

Articles liés