En résumé

  • Il n'existe pas de recette miracle pour se prémunir contre l'inflation.
  • Selon nous, les actions constituent la meilleure – ou en tout cas la moins mauvaise - option.
  • Nous avons passé en revue les différentes classes d’actifs et l’impact que l’inflation a sur elles.

Qu'est-ce que l'inflation?

Pour faire simple, l'inflation est l'augmentation générale des prix. Autrement dit, la vie devient plus chère. L'inflation grignote le pouvoir d'achat de votre argent. Plus les prix augmentent dans les rayons des magasins, moins vous pouvez acheter avec votre épargne. En outre, comme les taux d'intérêt liés aux comptes d'épargne sont presque nuls, tout rebond de l’inflation érode vos économies.

Comment s'en prémunir?

Une hausse des taux d'intérêt n'est pas à l'ordre du jour. Selon les observateurs, la BCE n'a pas l'intention de relever ses taux avant 2018. À notre avis, le livret d'épargne n'offre pas de protection adéquate contre l'inflation.

D'après Deutsche Bank, la meilleure option consiste à investir dans des placements offrant un rendement potentiel supérieur à celui du compte d'épargne. Une telle stratégie d'investissement est optimale pour se prémunir contre l'inflation. En échange de cette protection, vous devrez toutefois accepter un degré de risque supérieur.

Investir en actions, donc?

À notre avis, ce sont les actions qui offrent la meilleure protection possible contre l’inflation. En cas de hausse des prix, les entreprises peuvent accroître leur chiffre d’affaires et donc leurs bénéfices. Et des bénéfices potentiellement supérieurs se traduisent par des cours boursiers plus élevés et des dividendes potentiellement supérieurs également. Les investisseurs en actions sont ainsi couverts indirectement contre la hausse de l’inflation.

Les entreprises qui jouissent d’un certain pouvoir de fixation de leurs prix peuvent, en période d’inflation, les relever sans perdre de parts de marché au profit de la concurrence. D’autres entreprises, par contre, ne réussiront pas à compenser l’inflation, et ce à cause de la concurrence ou parce que les coûts augmentent plus vite que leur chiffre d’affaires. La protection offerte par les actions n’est donc pas parfaite. Les actions ne peuvent être considérées comme une assurance contre l'inflation, ne serait-ce qu'en raison des risques auxquels elles sont exposées. Leur valeur peut en effet évoluer à la hausse comme à la baisse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant de leur investissement. Les actions constituent cependant la meilleure protection relative contre l’inflation.

Les obligations, une bonne solution?

Les obligations à taux fixe ne constituent pas une bonne solution pour se prémunir contre l’inflation. Le coupon ne change pas, tandis que l’inflation érode son pouvoir d’achat. Lorsque le capital est remboursé à l’échéance, il a également été grignoté par l’inflation. Les obligations à taux fixe ne se comporteront dès lors pas bien dans un contexte d’inflation qui grimpe. Une manière de vous en protéger consiste à choisir des obligations d’une durée plus courte. Vous pouvez ainsi réagir plus rapidement à une hausse de taux lorsque vous réinvestissez les obligations qui sont arrivées à échéance.

Investir dans des obligations liées à l’inflation semble être un choix évident pour vous assurer cette protection. Soit le coupon de ces obligations est adapté annuellement à l’inflation, soit le capital est indexé à l’échéance. Le problème, c’est que les cours de ce type d’obligations tiennent déjà compte d’une certaine inflation. Autrement dit, la hausse de l’inflation y est déjà partiellement intégrée.

Et les matières premières?

En période de forte inflation, les prix des matières premières augmentent aussi. Le hic, c’est qu’il n’est pas aisé d’investir dans des matières premières. Pour acheter des matières premières (à l’exception de l’or), vous paierez un prix qui tient déjà compte de l’inflation prévue. Vous subissez donc d'emblée la majeure partie de l’inflation contre laquelle vous voulez vous protéger.

L’or est une option d’investissement relativement plus intéressante, mais nous vous conseillons toutefois de limiter votre position en or. Contrairement aux actions ou obligations, par exemple, l’or ne génère pas de flux de revenus régulier. Et il ne distribue pas de dividendes ni de coupons. Le rendement provient donc uniquement de la hausse éventuelle de son cours.

Vous souhaitez de plus amples informations?

Appelez nos spécialistes de Talk & Invest au numéro 078 156 157.
Prenez rendez-vous dans votre Financial Center au numéro 078 155 150.

Articles liés