Management Server
Téléphone

Deutsche Bank

Acheter une petite maison avec jardin et geler le reste de son argent sur un livret d’épargne, voilà l’image d’Épinal du Belge et de son argent. Cette image correspond-elle encore à la réalité ? Deutsche Bank a posé la question dans la grande enquête exclusive ‘Le Belge et son argent’. En juillet 2017, le bureau d’études de marché Profacts a interrogé 621 personnes (un échantillon représentatif de la population belge) quant à son avis sur les banques et les investissements. Une initiative relayée dans les quotidiens Le Soir et De Standaard que nous partageons désormais avec nos fidèles lecteurs.


En résumé

  • Préférez des conseils personnalisés.
  • Préférez une banque qui défend vos intérêts.
  • Préférez des conseillers compétents à des vendeurs.
  • Optez pour un profil de risque personnalisé.
  • Optez pour un vaste choix comprenant aussi les fonds de gestionnaires externes.
  • Limitez le plus possible les frais.

D’après une enquête récente, il existe un monde de différence entre ce que le Belge attend de sa banque en matière de conseils en placements et ce qu’il en reçoit.1

Une enquête réalisée par le bureau d’études de marché ProFacts a révélé que le Belge préfère un conseiller personnel à une banque en ligne. 50% des Belges privilégient le contact humain plutôt qu’une relation bancaire purement virtuelle, perçue comme plus impersonnelle. Un entretien en tête-à-tête permettrait de cerner les objectifs, les attentes et la propension au risque d’un client plus efficacement qu’un questionnaire en ligne.

Il ressort également de l’enquête que bon nombre de Belges jugent insuffisantes leurs connaissances sur les placements. Pour 37,7 % des non-investisseurs, c’est même la raison principale qui les pousse à s’abstenir. On ne s’étonnera pas d’apprendre que 58 % des consommateurs interrogés attendent de leur banque qu’elle améliore leurs connaissances sur les opérations bancaires et les placements.

« Ma banque doit me connaître et défendre mes intérêts »

L’écart entre les attentes des investisseurs et ce qu’ils reçoivent concrètement de la plupart des banques semble cependant assez prononcé. Seulement 32,8 % des clients interrogés sont d’accord avec l’affirmation « Ma banque a établi un profil d’investisseur qui me correspond parfaitement. » Et ils ne sont que 44,5 % à estimer que leur banque les connaît personnellement et qu’elle connaît aussi leurs objectifs financiers.

Les investisseurs se montrent par ailleurs très sceptiques quant à l’objectivité et aux connaissances professionnelles de leur interlocuteur bancaire. Seulement 34 % d’entre eux considèrent leur conseiller personnel comme un expert en placements. À peine 19,6 % des Belges pensent que la banque défend en premier lieu les intérêts de ses clients. Ils sont beaucoup plus nombreux à être convaincus que la banque pense d’abord à elle avant de penser au client.

Une banque qui répond aux attentes

Toutes les banques ne sont pas aussi mal perçues. Deutsche Bank obtient de ses clients une cote de satisfaction de 8 sur 10. Pourquoi ? Parce qu’elle répond à leurs légitimes attentes. Deutsche Bank conseille les clients dans leur intérêt, et non dans le sien. Les collaborateurs de Deutsche Bank ne sont pas des vendeurs de produits, mais des conseillers compétents. Et ils ne donnent leurs conseils qu’après avoir établi un profil de risque personnalisé, qui tient compte de vos objectifs, de votre horizon de placement et du facteur de risque que vous souhaitez : c’est ce que l’on appelle le Financial ID.

En outre, Deutsche Bank ne se limite pas à ses propres produits, puisqu’elle propose aussi les fonds de placement d’une vingtaine d’autres gestionnaires de fonds. Dans la mesure du possible, les frais sont réduits au minimum. Ainsi, vous paierez 0 % de frais d’entrée et de sortie sur la plupart des 1 600 fonds de placement proposés. Enfin, vous pouvez aussi compter sur un « service après-vente ». Lorsqu’un produit de placement ne répond plus à vos objectifs initiaux, vous recevez des alertes et des avis dans votre DB Portfolio Manager.

Votre banque vous veut-elle du bien ?

Repérez les indicateurs

Ma banque établit mon profil personnel unique.

Ce profil tient compte de mes connaissances et de mon expérience, de mes objectifs financiers, de mon horizon de placement et de ma propension au risque.

Ma banque me propose non seulement ses fonds maison, mais aussi ceux de gestionnaires externes.

Mon banquier me conseille en toute objectivité et donne la priorité à mes intérêts.

Mon banquier ne se contente pas de me conseiller l’achat d’actifs, il m’avertit aussi au besoin lorsque j’ai intérêt à me défaire de certaines valeurs.

Ma banque me facture toujours le moins de frais possible.

Ma banque offre aussi des fonds de gestionnaires externes, à côté des siens, mais à un coût plus élevé.

Ma banque n’établit pas de profils financiers personnels, mais utilise des concepts généraux tels que « défensif » et « dynamique ».

Ma banque facture des frais (élevés) d’entrée, de sortie et de conservation.

Ma banque n’offre que ses fonds maison.

Ma banque n’est pas transparente sur les frais.

Mon banquier ne donne pas de conseils impartiaux ou objectifs sur les placements.

Mon banquier pousse le « produit de placement du mois » qui, examiné de plus près, s’avère plus intéressant pour la banque que pour moi.

Mon banquier me conseille d’acheter certains produits, mais jamais d’en vendre.

Articles liés

1 Source : Profacts, enquête réalisée auprès de 621 Belges, juillet 2017