Management Server
Téléphone

Deutsche Bank

Premiers pas difficiles à Capitol Hill pour Donald Trump

Premiers pas difficiles à Capitol Hill pour Donald Trump



Dès l’entame de son investiture, Donald Trump voulait frapper vite et fort en multipliant les réformes. Mais 2 mois seulement après le début de son mandat, le locataire de la Maison Blanche accumule les revers et bat tous les records … d’impopularité.

Le nouveau président américain a décidément bien du mal à faire passer ses réformes. Ainsi, après son décret sur l’immigration rejeté en force par la Cour de Justice, voici que son propre camp ne l’a pas laissé enterrer la réforme des soins de santé («Obamacare ») mise en place par son prédécesseur. Placés au dos du mur, les élus républicains ont donc forcé Donald Trump à retirer son projet de loi, faute de majorité suffisante au Congrès (Capitol Hill). Tentant de minimiser cette défaite politique, M. Trump a dans un exercice qu’il affectionne particulièrement, posté un nouveau Tweet : « les meilleurs coups que l’on puisse faire sont ceux pour lesquels il a fallu se retirer avant de revenir avec de meilleurs arguments ».

Et maintenant ?

Ce résultat constitue une demi-surprise. Même si ce projet de loi avait passé le cap de la Chambre des Représentants, il aurait encore dû être validé par le Sénat, où les Républicains possèdent une très mince majorité. Mais deux revers en autant de tentatives ont pour l’heure tempéré l’euphorie des investisseurs car ils vont avoir des conséquences sur les réformes suivantes.

Pour le secteur pharmaceutique dans un premier temps, pour lequel Donald Trump voulait diminuer les taxes. Pour ses autres projets de réforme ensuite, censés être financés en partie par une diminution des dépenses liées aux soins de santé (de 150 milliards de dollars sur 10 ans). Au niveau du timing enfin, pour lequel Trump va devoir revoir son agenda et peut-être reporter certains grands projets comme ses investissements dans l’infrastructure.

Si les investisseurs se montrent impatients, ils laissent pour le moment à Donald Trump le bénéfice du doute. Ce dernier va maintenant se concentrer sur les baisses d’impôts, qui semblent à priori être un morceau moins difficile à faire avaler. Quant à la réforme des soins de santé, il est fort à parier que le camp des Républicains présentera une nouvelle mouture, plus tard dans l’année.



À lire aussi