Management Server
Téléphone

Deutsche Bank

Offrez une poire pour la soif à vos (petits-)enfants

Article Headline

Les 4 conseils de Deutsche Bank

Les fonds mixtes, flexibles et fonds de fonds représentent des alternatives potentielles si vous recherchez un rendement supérieur pour la réserve financière destinée à vos (petits-)enfants.

Les investissements périodiques permettent d’étaler vos investissements dans le temps: au lieu d’investir une seule fois dans un fonds, vous investissez par exemple chaque mois. Ainsi vous éliminez le risque lié au timing et étalez les risques dans le temps.

Soyez attentif aux coûts du fonds de placement, car les frais d’entrée et de sortie peuvent éroder votre rendement. Certaines banques – Deutsche Bank notamment – appliquent 0% de frais d’entrée sur la plupart des fonds.

Si vous refusez l'idée même d'investir, optez pour un livret d’épargne qui offre un taux supérieur à celui du livret d’épargne traditionnel. Ainsi existe-t-il des formules d’épargne combinant des versements réguliers (avec un plafond mensuel) à un taux plus élevé.

Qui ne souhaite pas pouvoir donner un coup de main financier à ses enfants ou petits-enfants à leur majorité? Comment s’y prendre au mieux?

Une petite somme qui servira à financer les études ou un échange Erasmus, ou encore la première voiture? Parents et grands-parents veulent tous aider leurs enfants ou petits-enfants. Tout l’art consiste à constituer une épargne assez tôt. Vu les taux actuels, les livrets d’épargne ne rapportent plus grand-chose. "Le livret a perdu toute sa force de capitalisation, ce n’est pas un produit conseillé à ceux qui souhaitent obtenir un rendement optimal sur leur épargne", affirme Jo Stremersch au sein du bureau indépendant de planification financière Stremersch, Van Broekhoven & Partners. Il considère le livret comme un outil réservé à l’argent sans objectif spécifique ni espérance de rendement.

Des actions pour les (petits-)enfants ?

Quiconque recherche un rendement plus élevé sera forcément orienté vers des produits d’investissement plus risqués. Certaines personnes doivent dépasser la barrière psychologique avant d’investir en actions avec l’argent destiné aux (petits-)enfants. "Cela défie la logique des dernières décennies mais ce sont précisément les produits à rendement fixe qui comportent un risque pour le long terme", affirme Jo Stremersch. Il fait référence aux obligations, qui ont constitué une valeur sûre pour les investisseurs conservateurs ces dernières décennies, en offrant un rendement honorable pour une volatilité inférieure à celle des actions. Mais si les taux d’intérêt actuels, historiquement faibles, finissent par reprendre de la hauteur, l’ensemble du marché sera mis sous tension. "Avec un livret d’épargne et des obligations, on n’ampute pas seulement le rendement de l’épargne, on érode celle-ci", prévient Jo Stremersch.

À quoi doit donc ressembler un portefeuille d’investissements destiné aux enfants ou aux petits-enfants? Les principes universels de l’investissement doivent s’appliquer ici aussi: une bonne diversification, par exemple au travers de fonds cotés (les trackers sur indices) ou de fonds de placement mixtes. Étalez également le risque dans le temps en investissant de manière périodique. "La constitution d’une réserve pour les enfants ou petits-enfants constitue par définition un effort régulier, que l'on peut faire fructifier en Bourse", note Jo Stremersch. "Avec un investissement régulier, le rendement ne dépend pas d’un moment d’entrée unique et les investissements sont réalisés à la fois lorsque la Bourse est bon marché et quand elle est chère. En outre, celui ou celle qui investit pour ses enfants ou petits-enfants dispose généralement d'un horizon de placement plus long, ce qui permet de compenser les effets des crises et de réaliser malgré tout un rendement supérieur sur le long terme."

Au nom des (petits-)enfants?

Les parents et grands-parents ne doivent pas nécessairement choisir entre une stratégie d’investissement ou un livret d’épargne. Les deux sont complémentaires: le livret d’épargne pour l’épargne occasionnelle et le portefeuille d’investissement pour la composition sur base périodique d’une réserve financière. Beaucoup de (grands-)parents se demandent par ailleurs si ces produits doivent être souscrits au nom des (petits-)enfants. "Le compte-titres restera de préférence à votre nom", conseille Jo Stremersch. "Vous investissez en fonction de votre propre profil de risque mais aussi selon la conviction morale que cette partie du portefeuille reviendra aux (petits-)enfants. Si les titres sont gérés au nom des (petits-)enfants, cela suppose généralement une approche bien plus conservatrice, qui peut se heurter à la réalité financière et économique."

Pour les livrets d’épargne, la décision dépend surtout de ce que les parents ou grands-parents prévoient exactement. Dans le cas d’un compte au nom de l’enfant, vous ne pouvez empêcher le jeune de retirer l’argent à partir de son 18e anniversaire. Cela dit, la possession d’un compte propre peut contribuer à son éducation financière. Le compte avec une clause de tiers bénéficiaire peut être une solution (néamoins, pour des raisons administratives, Deutsche Bank Belgique ne commercialise pas ce type de compte). Ce compte est au nom des parents ou grands-parents qui l’ouvrent, et l’enfant ou petit-enfant est désigné comme bénéficiaire. L’argent est transféré à l’âge spécifié par le titulaire du compte, une donnée qu’il peut modifier ultérieurement. Ce compte est parfait pour les grands-parents qui ne peuvent ouvrir eux-mêmes de compte au nom de l’enfant.


"Cela défie la logique des dernières décennies mais ce sont précisément les produits à rendement fixe qui comportent un risque pour le long terme."

Jo Stremersch, Partner chez Stremersch, Van Broekhoven & Partners

"Un beau cadeau pour vos (petits-)enfants? Un investissement périodique dans un fonds flexible"

Les taux d’épargne sont historiquement faibles et cette situation devrait perdurer un certain temps encore. Les parents et grands-parents qui souhaitent faire fructifier la partie de leur épargne qu’ils destinent à leurs enfants ou petits-enfants doivent donc envisager des solutions produisant un rendement potentiellement supérieur tout en comportant davantage de risques. "Quiconque épargne pour un enfant encore très jeune vise un horizon à très long terme: c’est un bon argument en faveur de produits autres que le livret d’épargne", affirme Jean-Michel Segers, Head of Marketing & Strategy chez Deutsche Bank. "Tout investissement comporte un risque. Cela dit, si vous investissez pour un enfant en bas âge, vous disposez en théorie d'un horizon de 18 à 20 ans. Cette très longue période permet de réaliser un rendement substantiellement supérieur même en période de crise."

Les fonds de placement constituent une alternative éventuelle pour passer à la vitesse supérieure en matière d’épargne à l’attention des (petits-)enfants. Le fonds proposé dépendra du profil de risque de chaque client. Les fonds mixtes flexibles présentent plusieurs atouts: ils investissent à la fois en actions et en obligations, tandis que le gestionnaire de fonds professionnel se charge de la répartition entre les classes d’actifs en fonction des conditions de marché. Cela représente déjà une grande part du travail dont l’épargnant peut se décharger. "Les fonds de fonds constituent une alternative potentielle pour limiter la prise de risque avec l’épargne destinée aux enfants ou petits-enfants", complète Jean-Michel Segers. "Ces fonds investissent dans plusieurs autres fonds, ce qui assure une diversification encore plus large".

Quel que soit le fonds choisi, les versements systématiques et périodiques contribuent à son succès. "Vous évitez en effet qu’un timing d’entrée malheureux ait un impact négatif sur le rendement pendant plusieurs années", conclut Jean-Michel Segers. Chez Deutsche Bank, vous pouvez déjà investir à partir de 100 euros par mois en fonds.

Lees ook