Management Server
Téléphone

Deutsche Bank

Les Pays-Bas votent en faveur de l’Union européenne

Les Pays-Bas votent en faveur de l’Union européenne

Les dernières projections donnent le VVD en tête

Premier grand rendez-vous du marathon électoral au menu de l’Europe cette année, les élections aux Pays-Bas n’ont pas vu le scénario redouté par certains d’une victoire des populistes. Sur base de plus de 90% des votes dépouillés au moment de la rédaction de l’article, les projections donnent en effet le parti libéral VVD, emmené par le Premier ministre Mark Rutte, en tête avec 33 sièges sur 150 à la Chambre des Représentants (Tweede Kamer). Il est suivi du parti nationaliste PVV de Geert Wilders avec 20 sièges, et des Chrétiens Démocrates du CDA et des Démocrates de D66 qui se verraient chacun attribuer 19 sièges. Si ce résultat est confirmé par le verdict définitif des urnes, il constitue un revers de taille pour M. Wilders.

Ces projections sont largement en ligne avec les sondages relatifs aux intentions de vote au cours des jours ayant précédé l’élection et qui avaient suggéré une diminution du soutien pour le PVV. M. Rutte va à présent s’atteler à la formation d’une coalition multi-partis. Les négociations risquent de prendre du temps. Il avait fallu 54 jours pour mettre en place le dernier gouvernement de coalition et la situation pourrait cette fois être compliquée par la déroute du PvdA (parti travailliste), qui serait retombé à moins de 10 sièges contre près de 40 sièges lors de l’élection de 2012. Une coalition quadripartite relativement naturelle aurait été celle entre les partis VVD, CDA, PvdA et D66 mais, au vu des circonstances, le PvdA pourrait vouloir faire un pas de côté pour reconsidérer son approche. Le remplacement du PvdA par le CU (Union Chrétienne) pourrait également aboutir à une coalition viable.

Implications pour les marchés financiers

Les marchés devraient être rassurés par la contre-performance des nationalistes du PVV, avec des marchés d’actions bien orientés et, sur les marchés obligataires, un spread (écart de rendement) stable autour de 0,25% entre les emprunts d’Etat néerlandais et allemand à 10 ans. L’euro a également réagi positivement à l’annonce des premiers résultats et est remonté à son plus haut niveau face au dollar US depuis début février. Ceci étant dit, les investisseurs pourraient aussi - peut-être à juste titre - se garder de considérer le résultat des élections aux Pays-Bas comme une preuve concluante que le soutien en faveur des nationalistes diminue ailleurs en Europe. Nous n’anticipons pas un rallye soutenu et d’importance sur les marchés sur base de cette seule nouvelle. L’ombre de l’élection présidentielle en France devrait ainsi continuer à planer sur les marchés financiers.



À lire aussi