Les investisseurs confrontés à de multiples défis

Article Headline

Le parcours devrait rester chahuté pour les marchés d’actions. Les taux des obligations restent au plancher, surtout dans la zone euro.

« Si les investisseurs veulent s'exposer aux actions, ils privilégieront les sociétés qui distribuent un dividende et les titres du marché américain. »

Entre les actions, soumises à de fortes fluctuations, et les obligations, qui affichent des taux d'intérêt extrêmement faibles, les investisseurs sont dans une situation compliquée, d'autant que les marchés risquent de rester en proie à la nervosité cet été.

Fonds mixtes : un choix pertinent

Face aux incertitudes, miser sur les fonds mixtes1 reste un choix très pertinent.

Les fonds mixtes flexibles bénéficient d'une gestion active, c'est-à-dire que leur composition peut être rapidement modifiée, soit pour leur éviter de subir de plein fouet une chute de la Bourse, soit au contraire pour leur permettre de profiter d'une remontée des marchés.

Les fonds mixtes générateurs de revenus potentiels sont quant à eux focalisés sur la recherche de rendement dans différentes classes d’actifs, ce qui leur permet de délivrer un revenu régulier potentiel.

En associant ces deux types de fonds, l'investisseur peut obtenir le meilleur des deux mondes : il peut profiter des hausses boursières et éviter des fortes baisses de cours, tout en bénéficiant d'un revenu régulier.

Les fonds mixtes flexibles

Un fonds mixte flexible est un fonds diversifié qui, en fonction des opportunités boursières, se positionne dynamiquement sur les actions, les obligations, les liquidités, etc. Cette flexibilité peut permettre de réaliser des performances attractives en périodes de hausses et de maîtriser les risques en périodes d’incertitudes (couvertures, augmentation des liquidités, etc.).

Actions : zone de turbulences

Le potentiel de hausse des actions est limité à court terme car plusieurs risques pourraient affecter les marchés.

1. L'économie mondiale reste en croissance mais à un rythme modéré. Il faut surveiller la Chine, dont la croissance mondiale dépend beaucoup. Or, les autorités chinoises devraient, à travers leur politique économique, moins soutenir l'activité économique à l'avenir, pour éviter d'aggraver la situation en termes d’endettement.

2. La faible croissance économique et les fortes fluctuations des monnaies affectent les bénéfices des entreprises. Dans l'ensemble, les résultats qu'elles ont dégagés au 1er trimestre ont été décevants. Leur année risque donc d'être mitigée.

3. L'incertitude politique affecte aussi les marchés car les entreprises cotées ont besoin de stabilité pour croître. En Europe, plus que la tenue d’élections législatives anticipées en Espagne, c’est bien sûr avant tout le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne qui a provoqué de vifs débats et qui a suscité une grande inquiétude sur les marchés. A l'heure de boucler cette édition, les résultats de ces deux rendez-vous du début de l’été n'étaient pas connus.

4. Les banques centrales risquent de ne pas soutenir davantage l'économie. La Banque centrale européenne (BCE) va se concentrer sur la mise en œuvre du programme annoncé en mars, et la Banque du Japon ne semble pas vouloir intervenir davantage. De son côté, la Réserve fédérale américaine (Fed) pourrait procéder à une nouvelle hausse de ses taux avant la fin de l’année.

5. Les prix des matières premières ont déjà bien progressé, ce qui a soutenu les marchés. Mais à présent, elles risquent de ne plus beaucoup grimper.

Mais même dans ce contexte délicat, ceux qui sont disposés à prendre des risques mesurés peuvent trouver des opportunités parmi les actions. Deux pistes d'investissement se dégagent :

  • Les dividendes. Comme les taux d'intérêt sont très bas, les dividendes versés par les sociétés cotées représentent un rendement appréciable. Mieux vaut privilégier les entreprises solides sur le plan financier, qui ont déjà distribué des dividendes réguliers et qui sont capables de maintenir un dividende en croissance à l'avenir.
  • Le marché d’actions américain. Les entreprises qui y sont cotées ont prouvé leur capacité à dégager des bénéfices même dans un contexte économique délicat. Si on y investit au départ de la zone euro, on peut en outre bénéficier de la hausse attendue du dollar. Et si le billet vert ne progresse pas, il permettra aux entreprises américaines d'améliorer leurs résultats.

Par contre, une certaine prudence reste de mise pour les marchés émergents. Leurs actions ont déjà bien progressé ces derniers mois. Or, leurs problèmes structurels ne sont pas résolus et si la Fed relève ses taux d'intérêt, ces marchés risquent de souffrir.

Image Caption

Obligations : taux au plus bas en zone euro

Comme la BCE a annoncé une politique monétaire encore plus souple, les taux d'intérêt ont atteint des planchers inédits en zone euro. Et comme la croissance économique et l'inflation ne parviennent pas à décoller, il est très probable qu’ils se maintiennent à des niveaux très bas.

Dès lors, comment trouver du rendement dans cette classe d'actifs ? Les obligations d'entreprises « Investment Grade » libellées en dollars sont une piste intéressante2. Ces titres sont stables et offrent plus de rendement qu'en Europe. Une hausse du dollar peut augmenter encore ce revenu.

On pourrait aussi regarder vers les obligations à haut rendement (également appelées obligations « High Yield »). Il faut cependant se montrer très prudent car la solidité financière des entreprises qui émettent ces titres est bien plus faible, ce qui en augmente sensiblement le risque. Pour l’investisseur qui serait attiré par ce type d’obligations, il convient donc de n'y investir qu'à travers des fonds diversifiés gérés par des spécialistes et à mêmes d’éviter les pièges potentiels.

Chez Deutsche Bank, vous avez le choix parmi un large éventail de solutions.

À lire aussi

1 Le terme “fonds“ est l’appellation commune pour un Organisme de Placement collectif (OPC), qui peut exister sous le statut d'OPCVM (UCITS) ou d'OPCA (non–UCITS), et prendre diverses formes juridiques (SICAV, FCP, etc.). Un OPC peut comporter des compartiments. Les fonds sont sujets à risques. Ils peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant de leur investissement. Par fonds mixtes, nous entendons les OPC qui investissent en actions et en obligations.

2 Les titres ‘Investment Grade’ sont ceux qui ont reçu un rating égal ou supérieur à BBB- par Standard & Poor’s (S&P) ou un rating équivalent chez Moody’s ou Fitch.