Les banques Internet proposent des conseils automatisés. En matière de conseils d’investissement, quasiment six Belges sur dix préfèrent cependant un conseiller personnel à une banque Internet. Deutsche Bank a posé la question dans la grande enquête exclusive ‘Le Belge et son argent’. En juillet 2017, le bureau d’études de marché Profacts a interrogé 621 personnes (un échantillon représentatif de la population belge) quant à son avis sur les banques et les investissements. Une initiative relayée dans les quotidiens Le Soir et De Standaard que nous partageons désormais avec nos fidèles lecteurs.


Investir, c'est personnel

Chaque investisseur est différent et chacun a des objectifs et des critères de risques bien définis. Il est donc très important que votre banquier prenne le temps d’apprendre à vous connaître,détermine vos besoins et vous aide à décrire vos objectifs. Un entretien personnel avec un expert en la matière se prête mieux à cela qu’un environnement en ligne avec un questionnaire standard.

La personnalisation va également plus loin que le classement des clients dans des groupes préalablement définis (et souvent datés), tels que les clients « offensifs », les clients « équilibrés » et les clients « défensifs ». Méfiez-vous si votre banque vous classe sans détour dans une telle catégorie. Un conseil personnalisé exige avant tout une approche en plusieurs dimensions. Quelle est votre situation financière ? Quel est votre horizon d’investissement ? Qu’en est-il de vos connaissances et de votre expérience des produits financiers ? Quels sont vos objectifs financiers ? Il est recommandé d’investir une partie du patrimoine en fonction de ces objectifs. Personne ne souhaite prendre de risques avec l’intégralité de son capital, mais plutôt conserver une partie à disposition immédiate, protéger une autre pour plus tard et investir une dernière partie avec un certain niveau de risques dans le but d’augmenter le rendement.

Les grandes banques, une alternative possible ?

Dans les grandes banques, vous bénéficiez, contrairement aux acteurs en ligne, des conseils de personnes en chair et en os. Mais, en dépit des besoins marqués des investisseurs en matière de conseils personnalisés sur mesure, de nombreuses grandes banques sont loin de répondre à leurs attentes concernant l’offre de produits, l’objectivité des conseils et l’expertise. Les clients sont encore trop souvent regroupés dans un nombre limité de profils de risques standard flous (et datés). La conséquence ? Moins de la moitié des Belges (44,5 %) estiment que leur banque les connaît personnellement et connaît leurs objectifs financiers*.

Les conseils des grandes banques sont encore trop souvent tout sauf personnalisés, il s’agit plutôt d’une promotion des fonds maison du mois. En conséquence, seuls 33,6 % des investisseurs interrogés qualifient leur conseiller personnel d’expert dans le domaine des investissements. Autre point névralgique qui concerne aussi bien les banques Internet que les grandes banques : les produits sont trop souvent vendus sans suivi ou avec un suivi insuffisant. Seuls 32,8 % des investisseurs mentionnent le fait que leur banque leur dispense des conseils d’achat mais également de vente. Rien d’étonnant donc à ce que seuls 20 % des consommateurs estiment que leur banque fait passer ses intérêts, et non les leurs, en premier.

Se poser la question des marges…

La vérité est que les marges sur le produit maison du mois sont généralement intéressantes pour la banque. Les conseils des grandes banques sont souvent dispensés par des vendeurs soumis à une pression énorme pour atteindre les marges définies. Un bon banquier doit cependant s’appuyer sur vos besoins et vos objectifs. Le fait qu’une banque n’ait pas de marges sur les frais d’entrée, de sortie et de garde, propose des conseils d’experts et permette aux clients de sélectionner parmi un choix de fonds plus large que les simples fonds maison est déjà bon signe.

Les outils en ligne sont plus que bienvenus

Les Belges préfèrent bénéficier de conseils lors d’entretiens personnels. Cependant, ils aiment aussi pouvoir disposer d’un environnement en ligne performant pour suivre et gérer leurs investissements. Ils sont 47,6 % à attendre de leur banque des outils efficaces pour gérer leurs investissements en ligne.

La banque idéale des Belges proposerait ainsi des conseils objectifs et personnalisés qui bénéficient avant tout au client. Elle offrirait également une expérience en ligne parfaite, avec des tableaux de bord clairs permettant la consultation du portefeuille en un coup d’œil, des outils d’analyse pour comparer les prestations du portefeuille aux objectifs, des messages mettant en avant les offres et des pronostics portant sur l’avenir du capital.

Une banque qui opte résolument pour une approche personnelle (avec le Financial ID), un large choix de produits (1 600 fonds, essentiellement de gestionnaires externes), une expertise en matière d’investissement, le suivi de vos investissements et le puissant outil Online Portfolio Manager, cela vous intéresse ?

Contactez-nous au 078 155 150
ou via la rubrique ‘Contact’

Articles liés

* Source : Profacts, enquête réalisée auprès de 621 belges, juillet 2017.