Management Server
Téléphone

Deutsche Bank

Or ou pétrole, un investissement en matières premières vaut-il le détour ?

De l’or jaune à l’or noir, un investissement en matières premières vaut-il le détour ?


Notre équipe d’analystes se penche sur l’or et le pétrole. Et répond ainsi aux nombreuses questions de nos clients sur la pertinence d’investir dans ces matières premières.

Métal précieux par excellence, l’or a de tout temps attisé les convoitises. Sa couleur dorée évoque celle du soleil, son éclat celle de la richesse. Symbole d’opulence et de pouvoir, le précieux métal jaune a historiquement été utilisé comme apparat par la royauté.

Ses propriétés physiques et sa rareté lui ont conféré une place de premier rang comme valeur d’échange, avant de céder la place au dollar comme étalon, avec les accords de Bretton Woods de 1944. Ce n’est qu’en 1971 que l’or perd complètement sa convertibilité, le dollar devenant une monnaie flottante au même titre que les autres devises internationales. A partir de ce moment, l’once d’or (soit 31,1 grammes du précieux métal) passe de 35 dollars à près de 1.770 dollars en 2012. Aujourd’hui, l’once d’or se traite aux environs des 1.250 dollars.

S’il a perdu sa convertibilité, l’or n’en a pas moins gardé de son attractivité. Sur le court terme, il sert de valeur refuge, comme une « assurance tous risques ». Les grandes banques centrales ont récemment accumulé de grosses réserves d’or physique, signe que le métal jaune demeure – en dernier ressort - le moyen de paiement ultime. Sur le long terme, il sert de couverture contre l’érosion du pouvoir d’achat (l’inflation) et contre la dévaluation des monnaies.

Quelles sont les perspectives pour l’or ?

Bien que l’inflation soit encore à des niveaux relativement bas dans les pays développés, les politiques monétaires accommodantes des grandes banques centrales tentent de la faire redémarrer. Aux Etats-Unis, la Fed a par ailleurs commencé depuis décembre 2015 à remonter son taux directeur, signe que l’économie américaine se porte mieux. Néanmoins, nous n’anticipons pas de poussée inflationniste à court terme, ce qui va limiter le potentiel de hausse de l’or.

De plus, le différentiel de taux entre les Etats-Unis et la zone euro devrait continuer de jouer en faveur du dollar. Or, le cours de l’once est libellé en dollar sur les marchés internationaux. Une appréciation du billet vert rend donc le prix de l’or plus cher pour les investisseurs ayant une autre devise et pèse sur son cours. C’est ce qu’on appelle une corrélation négative.

Valeur d’un kilo d’or en euro et en dollar1.
Evolution du prix de l'or

Hormis ces facteurs exogènes, il ne faut pas oublier que le cours de l’or est régi par la loi de l’offre et la demande. Sa valeur ne reflète pas de bénéfices sous-jacents et est purement spéculative. De plus, l’or ne confère pas de dividende. Néanmoins, à son niveau actuel, nous ne sommes pas contre le fait de conserver une petite position en or dans son portefeuille à titre de diversification.

« La valeur de l’or ne reflète pas de bénéfices sous-jacents et est purement spéculative »

l’Or noir vaut-il le détour ?

Depuis début 2016, le prix du pétrole a bien du mal à rebondir. En cause, une surabondance de l’offre et une croissance mondiale toujours relativement hésitante. Ce déséquilibre entre l’offre et la demande de produits pétroliers devrait encore perdurer même si des signes encourageants sont perceptibles. Ainsi, les pays membres de l’OPEP ont prolongé au mois de juin l’accord de réduction de la production jusqu’en mars 2018. A court terme, le pétrole devrait se stabiliser mais à long terme, les pays producteurs devront s’accorder sur une vraie stratégie, car le pétrole traditionnel fait désormais face au pétrole de schiste américain. Cependant, si la croissance mondiale accélère en 2018, le prix du baril de Brent pourrait reprendre des couleurs.

Evolution du prix du pétrole par baril de Brent au cours des cinq dernières années2.
Evolution du prix de petrol

« Si la croissance mondiale accélère en 2018, le prix du baril de Brent pourrait reprendre des couleurs »

Au même titre que l’or, nous sommes relativement neutres sur le pétrole. Si l’on en accepte la volatilité, participer à son rebond via des sociétés actives dans le secteur, nous semble le meilleur moyen d’y investir. Mais il faut bien garder à l’esprit que « tout ce qui brille n’est pas d’or ».



À lire aussi

1Source: www.gold.org/statistics#historical-prices
2Source: Bloomberg