Management Server
Téléphone

Deutsche Bank

DB Currency Update : le point sur les principales devises

DB Currency Update : le point sur les principales devises.


De nombreux investisseurs ont choisi de diversifier leur portefeuille par l’intermédiaire de solutions d’investissement libellées en devises. C’est pourquoi nous vous proposons chaque trimestre un aperçu de l’évolution des principales devises mondiales, par le biais du DB Currency Update.

Le différentiel de taux d’intérêt profite au dollar américain (USD)

Le dollar américain (USD) vient de toucher un plus bas annuel face à l’euro. Si outre-Atlantique les investisseurs attendent toujours une avancée dans les réformes de Donald Trump, ils ont en revanche été soulagés des résultats du premier tour des élections françaises, ce qui a renforcé l’euro.

Globalement, les indicateurs économiques dans la zone euro ont été meilleurs que prévu, ce qui a permis à la monnaie unique de reprendre un peu de vigueur. Il n’est d’ailleurs pas exclu que cette tendance perdure encore à court terme. À moyen et long terme cependant, le différentiel de taux d’intérêt va continuer de profiter au dollar américain. Alors que la BCE n’en est encore qu’aux balbutiements d’un changement de cap de sa politique monétaire, la Fed a elle déjà entamé une remontée de son taux directeur. Nous anticipons encore deux remontées cette année et une poursuite de la normalisation de sa politique monétaire en 2018, ce qui va attirer de nouveaux capitaux aux Etats-Unis.

Au niveau des fondamentaux, l’économie américaine n’a pas attendu les initiatives de Donald Trump pour garder une bonne dynamique. Dans leur ensemble, les dernières statistiques économiques américaines montrent que la locomotive mondiale est toujours sur les bons rails. Ainsi, la croissance américaine devrait atteindre 2,2% cette année et accélérer pour passer à 2,5% l’année prochaine.

Dans ce contexte, nous restons structurellement positifs sur le dollar américain mais n’excluons pas à court terme une période plus volatile. Notre nouvel objectif de cours est la parité contre l’euro d’ici 12 mois.



Elections importantes pour Theresa May et la livre sterling (GBP)

La livre sterling (GBP) évolue toujours dans un contexte compliqué mais les élections anticipées convoquées par Theresa May, la Première ministre britannique, ont quelque peu changé la donne.

Le 8 juin prochain, les Britanniques vont se rendre aux urnes pour de nouvelles élections législatives. Surfant sur sa popularité actuelle, Theresa May entend via ces élections « surprise », conforter son mandat et sa majorité au Parlement afin d’être en position de force pour négocier le Brexit. Ce faisant, nous pensons que les négociations avec l’Union européenne se feront de manière plus sereine et occasionneront mois de dommages à l’économie britannique. Sur cette base, nous avons revu nos prévisions pour la GBP. Si comme nous le pensons, Theresa May obtient une assez large majorité, la livre devrait se renforcer par rapport à son niveau actuel.

Néanmoins, la GBP va rester sous pression car fondamentalement l’économie britannique montre des signes d’essoufflement. Les ventes au détail pour le mois de mars ont été étonnamment faibles, ce qui montre que les Britanniques diminuent leurs dépenses en amont du Brexit. De plus, les indices de la production industrielle ainsi que celui des services du mois de février et mars ont tous été négatifs. Ces mauvais indicateurs suggèrent que la croissance va ralentir dans les prochaines semaines. Ils contrastent cependant avec des indices de confiance qui ont été eux meilleurs que prévu.

Dans ces conditions, nous pensons que la banque d‘Angleterre (BoE) va garder son taux directeur inchangé au moins jusqu’à la fin 2019. L’un dans l’autre, la GBP recèle encore du potentiel mais son évolution va rester tributaire des prochaines élections et de la manière dont le Brexit sera négocié.



Beau potentiel d’appréciation pour le rand sud-africain (ZAR)

Le rand sud-africain (ZAR) a connu un arrêt brutal dans son ascension, après presque 7 mois consécutifs de hausse. En cause, une grave crise politique qui a vu l’actuel président Zuma, révoquer 10 de ses ministres. Depuis mi-avril, le ZAR a cependant déjà récupéré une partie de sa perte.

Ces dernières semaines ont été turbulentes au niveau politique et risquent d’avoir un impact négatif sur l’économie sud-africaine. Le remaniement ministériel a vu la mise à l’écart de M. Gordhan, garant des finances de l’Etat ainsi que de 9 autres ministres, tous opposés au président Zuma qu’ils accusent de corruption. Conséquence directe, les agences de notation S&P et Fitch ont ramené la note de crédit de l’Afrique du Sud dans la catégorie des High Yield. Ce coup de force pourrait également avoir des répercussions sur la confiance des investisseurs et des sorties de capitaux ne sont pas exclues. Dans ce contexte, nous avons abaissé d’un demi-pourcent nos prévisions de croissance pour l’Afrique du Sud à 1% pour 2017.

Fondamentalement, l’économie sud-africaine est pourtant toujours bien orientée avec des indicateurs encourageants qui reflètent la bonne tenue de l’agriculture et de l’activité manufacturière. De son côté, la banque centrale sud-africaine (SARB) a récemment déclaré ne pas avoir l’intention de toucher à ses taux cette année. Au vu de son récent accès de faiblesse, le ZAR a un beau potentiel d’appréciation à moyen terme. Néanmoins, tant que la situation n’est pas stabilisée au niveau politique, la volatilité va rester de la partie.






Vous souhaitez un aperçu détaillé de l'évolution
des principales devises mondiales ?

Découvrez nos prévisions


Vous souhaitez en savoir plus ? Vous êtes peut-être intéressé par nos solutions d’investissement en devise ?

Après avoir déterminé votre Financial ID, nos conseillers vous accompagnent volontiers dans le choix d’une solution qui correspond à vos objectifs financiers.

  • Prenez un rendez-vous dans votre Financial Center :
    - en appelant le 078 156 157.
    - ou via la rubrique ‘Contact’.
  • Vous êtes client DB Personal ?
    Contactez votre conseiller DB Personal ou son équipe au 078 15 22 22.

À lire aussi

Source du graphique : Bloomberg.