Management Server
Téléphone

Deutsche Bank

Le parti de Macron obtient la majorité absolue

Le résultat du 2e tour des élections législatives en France est plutôt favorable aux marchés. Notre analyse.


Le résultat du 2e tour des élections législatives en France est très favorable aux marchés. Il y a donc de fortes chances que l’on assiste à une réforme du marché du travail. Cependant, vu le taux d’abstention record, des manifestations et des protestations populaires sont prévisibles, car seule une minorité de Français a voté.

Les résultats du 2e tour1

Ce n’est pas la déferlante annoncée mais c’est tout de même une très large victoire pour le président élu. Le parti d’Emmanuel Macron, La République en Marche, et son allié le MoDem ont obtenu la majorité absolue à l’issue du 2e tour des élections législatives françaises en décrochant 350 sièges sur les 577 que compte l’Assemblée nationale. Le résultat de M. Macron s’approche ainsi de la majorité historique de 394 sièges décrochée par le Général de Gaulle en 1968. Ce résultat donnera une large marge de manœuvre au président pour réformer la législation du marché du travail et pour modifier le système français de protection sociale sur les pensions et les allocations de chômage. Par conséquent, avec une telle majorité, les attentes seront élevées pour qu’il réalise les réformes inscrites à son programme.

Les Républicains (LR, UDI) ont pour leur part emporté 137 sièges, un résultat historiquement bas, tandis que le Parti Socialiste (PS) et ses alliés ont obtenu seulement 44 sièges. Enfin, l’extrême gauche et l’extrême droite ont réalisé des scores très modestes. Le parti de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, ne totalise que 17 sièges (27 avec le Parti Communiste) et le Front National de Marine Le Pen n’en obtient que 8. Il s’agit d’une défaite d’autant plus amère pour Mme Le Pen qu’elle avait obtenu plus de 10 millions de voix au 2e tour de l’élection présidentielle le 8 mai dernier.

Notre avis et les perspectives pour les marchés

Le résultat des législatives renforce les sondages d’opinion qui suggéraient une majorité pour le parti d’Emmanuel Macron. Il pourrait offrir un peu de soutien à la Bourse de Paris et à l’euro par rapport au dollar. Ceci étant dit, la réaction des marchés devrait être contenue vu que cette victoire était anticipée. La majorité parlementaire de Macron est néanmoins un résultat très favorable pour les marchés étant donné qu’elle augmente les chances du Président de passer les réformes du travail nécessaires.

Malgré ce tableau favorable, deux réserves peuvent cependant être émises. Premièrement, le véritable vainqueur de ce scrutin législatif est la très forte abstention : en effet, plus de 57% des votants ne se sont pas déplacés pour aller voter. Ceci signifie que même si le parti de M. Macron a obtenu la majorité absolue, ce résultat est l’expression d’une minorité des votants. Deuxièmement, l’histoire nous enseigne que le véritable obstacle à la mise en œuvre de réformes en France n’est pas l’absence de majorité au Parlement mais bien la révolte populaire à travers des manifestations de rue et des grands rassemblements. Vu que la majorité des citoyens s’est abstenue de voter, la question est de savoir si les syndicats et autres associations de terrain vont à nouveau essayer de s’opposer à toute véritable réforme ou s’ils accorderont le bénéfice du doute au nouveau président.

Outre la loi de moralisation de la vie publique, la réforme du code du travail sera la première priorité de l’agenda de M. Macron, l’ambition étant de faire baisser le taux de chômage à 7% d’ici à 2022 (contre 9,3% actuellement). Elle devrait être suivie par une réforme des pensions dans le secteur public. Ces deux réformes sont les points les plus importants mais également les plus controversés de l’agenda politique en France. Reste à présent à voir si le président Macron se montrera suffisamment persuasif pour convaincre la population de la nécessité de réformes en profondeur ou s’il se heurtera aux mêmes difficultés que ses prédécesseurs.



À lire aussi

1Chiffres du Ministère de l’Intérieur du 19 juin 2017