Management Server
Téléphone

Deutsche Bank

Le dollar reprend son souffle

Le dollar reprend son souffle


Après sa forte ascension qui l’a vu passer de 1,39 en 2014 à 1,04 EUR/USD fin 2016, le dollar semble aujourd’hui reprendre son souffle. Le billet vert vient même de toucher un plus bas annuel face à l’euro. Cela s’explique en grande partie par un essoufflement des facteurs qui ont soutenu le dollar et par un regain de ceux qui soutiennent l’euro. Alors assiste-t-on à une pause dans l’appréciation du dollar ou est-ce un réel changement de tendance ?

Fed et BCE : genèse d’un décalage entre les politiques monétaires

Depuis la fin de la crise financière de 2008, l’économie américaine se porte mieux que celle de la zone euro. Soutenue par la politique monétaire très accommodante de la Fed, la croissance américaine a repris de la vigueur. Le constat est le même pour l’inflation US, qui dans les années qui ont suivi la crise, s’est rapprochée de l’objectif de la Réserve fédérale. Cette dernière a donc allégé progressivement, à partir de 2014, ses mesures de soutien. Dans un premier temps en arrêtant d’acheter des actifs sur les marchés et puis, à partir de fin 2015, en relevant son taux de refinancement.

De son côté, la BCE a tardé à emboîter le pas de la Fed, ce qui a créé un décalage entre les deux politiques monétaires. Cette divergence a induit un écart de taux relativement important. Conséquence ? Les investisseurs ont préféré investir aux Etats-Unis, où les taux d’intérêt étaient plus intéressants. De plus, la zone euro a connu des moments politiques difficiles : crise grecque, montée de partis populistes anti-européens, etc. L’euro a donc perdu pendant un moment sa qualité de valeur refuge.

On assiste au renforcement de l’euro…

Force est de constater que depuis le début 2017, certains facteurs qui pesaient auparavant sur l’euro s’estompent.

La croissance de la zone euro au 1er trimestre 2017 a été supérieure à celle des Etats-Unis, pour la première fois depuis de nombreuses années. Globalement, c’est l’ensemble des indicateurs économiques en zone euro qui a surpris positivement les analystes, ce qui a donné un coup de fouet à l’euro. De plus, les élections ayant eu lieu en zone euro au 1er semestre ont toutes vu le camp des pro-Européens l’emporter, ce qui a rassuré les investisseurs. Récemment, l’élection d’Emmanuel Macron à la tête de la France a ravivé les espoirs de revoir un axe franco-allemand fort et prêt à mener des réformes structurelles importantes.

… et à un accès de faiblesse du dollar

Outre-Atlantique, bien que les taux d’intérêts restent plus importants qu’en zone euro, l’écart diminue ou du moins ne semble plus jouer pour le moment en faveur du dollar. Au niveau des fondamentaux, l’économie américaine n’a pas attendu les initiatives de Donald Trump pour garder une bonne dynamique. Néanmoins, les investisseurs commencent à perdre patience, le locataire de la Maison Blanche ne parvenant pas à faire passer ses réformes structurelles.

A quoi s’attendre au cours des prochains mois ?

Nous pensons que les facteurs de soutien de l’euro vont rester en place. Dans le même temps, le dollar devrait profiter d’une croissance américaine qui va reprendre le dessus au 2e semestre 2017. De plus, la Fed va continuer de relever ses taux, alors que la BCE n’a pas encore clairement communiqué sur un changement de cap de sa politique monétaire. Les investisseurs semblent d’ailleurs avoir mal interprété la dernière conférence de presse de la BCE et nous semblent actuellement trop optimistes sur la zone euro.

Dans ce contexte, nous restons structurellement positifs sur le dollar américain mais n’excluons pas une période plus volatile. Notre nouvel objectif de cours est de 1,10 EUR/USD d’ici 12 mois. A court terme, le dollar devrait rester proche de la fourchette se situant entre 1,05 et 1,15 EUR/USD.



Vous êtes interessé?

Appelez nos spécialistes de Talk & Invest au numéro 078 156 157.
Prenez rendez-vous dans votre Financial Center au numéro 078 155 150.

ou

Découvrez nos solutions


À lire aussi