Management Server
Téléphone

Deutsche Bank

Kit de survie en cas de hausse des taux

Kit de survie en cas de hausse des taux


Argent gratuit ?

Le taux directeur de la BCE est pour l’instant de… 0%. Autrement dit, les banques peuvent emprunter ‘gratuitement’ de l’argent pour octroyer des crédits aux entreprises et aux particuliers. Tôt ou tard, ce taux repartira à la hausse, mais selon Deutsche Bank, ce ne sera pas avant la mi-2018. Quelles seront les conséquences d'une telle hausse des taux?

1

Impact sur l'épargne

Dans des circonstances normales, une hausse des taux de la BCE se traduira par une hausse des taux sur les comptes d'épargne. Mais cela ne se fera pas du jour au lendemain. En d’autres termes, si la BCE venait à relever ses taux de 0,25%, le taux d’intérêt de votre livret d’épargne n’augmentera pas simultanément de 0,25%. Et s’il augmente, ce ne sera pas nécessairement dans la même mesure. L’inverse est tout aussi vrai : lorsque la BCE a baissé ses taux ces dernières années, le taux de votre livret d’épargne n’a pas diminué en parallèle. Il y a donc un décalage.

Le taux que vous percevez sur votre livret d’épargne est le fruit d’un calcul complexe. Dès que le résultat de ce calcul dépasse un certain seuil, la banque peut adapter le taux sur le livret d’épargne.

Le retour de la confiance?
Selon la Banque nationale de Belgique, 265 milliards d’euros ‘dorment’ sur les comptes d’épargne et 77 milliards d'euros sur les comptes à vue, alors que les taux n’ont jamais été aussi bas.

Depuis la crise financière de 2008, les Belges ont à nouveau décidé de se constituer un matelas financier plus important. Sans oublier que les placements sûrs comme les bons de caisse proposent, eux aussi, des rendements maigrichons. Une augmentation des taux est liée à la confiance en l’économie. Reste désormais à voir si ce regain de confiance diminuera l’appétit des Belges pour le sacro-saint compte d’épargne.

2

Impact sur les devises

Si les taux viennent à augmenter dans la zone euro, les placements sûrs redeviendront plus attrayants. Les flux de capitaux retrouveront en effet le chemin de la zone euro, ce qui permettra à l’euro de s’apprécier par rapport aux autres devises. Cela signifie que les devises étrangères deviendront meilleur marché et que les voyages, achats, etc. en dehors de la zone euro deviendront plus avantageux. En théorie du moins, car en pratique, une multitude d’autres facteurs sont à prendre en compte. Chaque devise évolue selon ses spécificités et le contexte économique et politique régional est également à prendre en compte.

3

Impact sur les placements en actions et/ou obligations

Vous envisagez d’investir dans des actions, obligations ou fonds ? Ici aussi, une hausse des taux aura une influence sur votre portefeuille. Une augmentation des taux dans la zone euro serait avant tout un signe d’amélioration de la situation macroéconomique globale. De manière générale, meilleures sont les prévisions économiques, meilleures seront les performances des actions.

Des augmentations de taux limitées et progressives sont globalement positives lorsque l’on investit dans des actions ou des fonds d’actions. En revanche, des taux qui grimperaient trop vite seraient néfastes pour le marché des actions. Pourquoi? Parce que des taux d’intérêt plus élevés incitent les investisseurs à échanger leurs actions contre des placements plus sûrs - comme les obligations - offrant un rendement garanti.

Si vous envisagez d’investir dans des obligations, tout dépend de vos attentes. Si vous achetez des obligations en vue de les conserver jusqu’à leur échéance et de percevoir un coupon périodique, les augmentations de taux de la BCE n’auront que peu d’influence sur votre investissement, car vous bénéficiez d’un rendement garanti jusqu’à l’échéance.

Si vous achetez des obligations en vue de les revendre sur le marché secondaire, un impact n’est pas à exclure. Une hausse des taux provoque en effet une baisse des prix (cours) des obligations. En cas de hausse des taux, les nouvelles obligations s’adaptent en effet aux conditions du marché et les nouvelles émissions proposent des coupons plus intéressants que ceux des obligations émises auparavant, lorsque les taux étaient plus bas. Dans le cas d’obligations déjà émises, les coupons ne peuvent être revus à la hausse. Pour convaincre les investisseurs de tout de même acheter des obligations existantes, leur prix doit dès lors diminuer.



À lire aussi