Management Server
Téléphone

Deutsche Bank

Épargner et investir pour des vieux jours sans souci

Article Headline

Les 3 conseils de Deutsche Bank

Utilisez toutes les possibilités d’épargner pour votre pension, à plus forte raison si elles sont fiscalement encouragées. L’avantage fiscal dont vous pouvez bénéficier dans le cadre de l’épargne pension et de l’épargne de long terme correspond à 30% du montant versé (par une réduction d’impôts à certaines conditions, dont une liée à l’âge). Le montant maximum auquel l’avantage fiscal est calculé pour l’année de revenus 2016 (année d’imposition 2017) s’élève à 940 euros pour l’épargne pension. Comptez un maximum de 2.260 euros pour l’épargne de long terme (en fonction de vos revenus professionnels).

Mettez assez tôt de l’argent de côté, et à intervalles réguliers. Avec les fonds de placement, vous pouvez doper le rendement de votre épargne mais cela exige un horizon de placement long et une certaine disposition aux risques.

Réduisez le risque inhérent à vos placements pour la pension à mesure qu’approche l’âge du départ à la retraite.

Voyager plus souvent après la pension, s’offrir de bons petits restos et donner un coup de pouce aux enfants: ceux qui comptent uniquement sur leur pension légale risquent de ne pas pouvoir réaliser tous ces rêves simultanément. Comment y parvenir?

Ces dernières années, beaucoup ont compris qu’ils devraient épargner davantage pour leur retraite. Le planificateur financier indépendant Jo Stremersch (Stremersch, Van Broekhoven & Partners) le confirme: “Ceux qui souhaitent conserver le même niveau de vie doivent se constituer une poire pour la soif, car la pension légale ne suffira pas. Hélas, trop peu de personnes savent exactement de quel capital elles auront besoin pour y parvenir.”

Pourtant, c’est assez facile à établir: réalisez une estimation de vos dépenses mensuelles selon votre niveau de vie actuel et comparez-la à votre pension légale estimée (via la plateforme de pension Mypension.be). Vous aurez ainsi une idée du montant qui vous manquera chaque mois après votre départ à la retraite. Extrapolez ce montant sur une période de 30 ans et vous obtenez une estimation réaliste du capital-pension nécessaire. Une partie sera éventuellement couverte par une assurance de groupe, une épargne pension ou une épargne de long terme. “Le fossé entre le capital nécessaire et le capital accumulé grâce aux trois premiers piliers – pension légale, assurance de groupe et épargne pension/épargne de long terme – devra donc être comblé par un effort supplémentaire d’épargne”, complète JoStremersch.

Intérêts composés

N’attendez pas trop longtemps: si vous vous y prenez assez tôt, le principe des intérêts composés vous permettra de ne pas devoir fournir un effort trop intense. “Les épargnants de la première heure, pour autant qu’ils s’astreignent à mettre régulièrement de l’argent de côté, doivent consentir un moindre effort”, appuie Jo Stremersch. Imaginez que, durant 30 ans, vous mettiez de côté 200 euros chaque mois à un rendement de 5%. En fin de course, cet effort aura produit 163.740 euros. Si vous souhaitez épargner le même montant sur une période de seulement 10 ans, vous devrez vous passer chaque mois de 1.056 euros. De plus, le rendement supérieur potentiel ne pourra être obtenu avec les outils d’épargne habituels, vu les conditions de marché. Vous serez donc contraint d’investir dans des produits bien plus risqués (comme les fonds de placement), pour lesquels vous devrez également avoir un horizon d’investissement suffisamment long si vous souhaitez que les risques demeurent acceptables.

Cela ne signifie pas que les jeunes doivent s’inquiéter en permanence de leur pension. “Ceci dit, on peut raisonnablement recommander à ces jeunes de se demander tous les deux ans si leur mode de vie a changé, quel capital a été constitué et combien ils doivent encore épargner. Et ce, de manière à pouvoir ajuster le tir en fonction de leurs objectifs.”

Âge

Quiconque choisit d’investir dans le but de constituer un capital pour ses vieux jours se verra conseiller de réduire le risque inhérent à ses investissements à mesure que l’âge de la retraite approche. L’épargnant de 60 ans dont le capital pension est encore placé dans des fonds d’actions sera plus vulnérable à un krach boursier. Le risque existe en effet que ce capital pension fonde précisément au moment où il devient nécessaire. “C’est un bon conseil”, juge Jo Stremersch. “Même si je ne le lierais pas tant à l’âge qu’à la réalisation de l’objectif fixé. Par exemple, si vous prenez de l’avance sur la réalisation de votre objectif, il est conseillé d’intégrer une sécurité un peu plus grande, afin de limiter les risques au maximum en vue de l’atteinte de votre objectif. Avec le capital pension, il ne faut pas rechercher le rendement le plus élevé à tout prix mais s’assurer que vous pourrez en disposer quand vous en aurez besoin. À partir de ce moment, vous serez totalement libre financièrement. Vous pourrez alors réaliser vos nouveaux objectifs avec le capital que vous continuez d’accumuler: un voyage autour du monde, un coup de pouce aux enfants qui doivent acheter une maison, une donation aux petits-enfants.”

La préparation de la pension dépasse bien sûr par la simple constitution de moyens complémentaires suffisants. “Les épargnants ne consacrent pas assez de temps à leurs choix de vie et à l’impact de ceux-ci sur leur pension”, déplore Yves Stevens, professeur de droit social à la KU Leuven et spécialiste des pensions. “Ainsi suppose-t-on à tort qu’il n’y a pas de différences entre époux et cohabitants légaux. Cette dernière catégorie n’a pourtant pas droit à la pension de survie ou de divorce. Des événements inattendus peuvent également avoir une incidence. Un divorce implique par exemple une sérieuse régression du patrimoine et de la pension future.”


"Ceux qui commencent à épargner plus tôt devront consentir moins d'efforts"

Jo Stremersch, partner chez Stremersch, Van Broekhoven & Partners

"Un plan de pension solide repose sur quatre piliers"

“Épargner pour ses vieux jours est indispensable”, affirme David Ghezal, stratège Placements chez Deutsche Bank. “Beaucoup ne parviendront pas à maintenir leur niveau de vie avec la seule pension légale. Pourtant, c’est l’objectif de tout un chacun.” Voici précisément pourquoi il est important d’exploiter les divers piliers de pension. Un nombre croissant d’épargnants pourront compléter leur pension légale (premier pilier) avec le capital de l’assurance de groupe de l’employeur (deuxième pilier) et la réserve accumulée par l’épargne pension ou l’épargne de long terme (troisième pilier). “Malgré ces efforts, il demeure essentiel de mettre de l’argent de côté”, nuance David Ghezal. “Pour être solide, une chaise doit reposer sur quatre pieds. Il en va de même pour le plan d’épargne pour la pension, qui doit s’articuler autour de quatre piliers.”

Épargner rigoureusement pour la pension pendant 10 ans ne suffira pas. Plus tôt vous commencerez, mieux cela sera. “Il est préférable de ne pas constituer de capital pension uniquement en parquant de l’argent sur un compte épargne, certainement pas au niveau de taux actuel”, note David Ghezal. “On conseillera plutôt d’investir périodiquement – par exemple tous les mois ou tous les trimestres – un montant limité dans les fonds de placement. Et ce, dans le respect du profil de risque de chacun, naturellement. Il est évident que des clients à l’horizon de placement plus long traverseront plus facilement d’éventuelles fluctuations en Bourse.”

Un fonds de placement n’est pas l’autre, ceci dit. “Au-delà des fonds d’actions purs, les fonds mixtes flexibles représentent une alternative intéressante: le gestionnaire de fonds détermine lui-même à chaque moment la répartition entre les actions et les obligations, ce qui permet de diversifier les risques jusqu’à un certain niveau”, conclut David Ghezal. “Si vous investissez sur une base périodique, vous pouvez également limiter le risque inhérent à un mauvais timing de marché.”

Lees ook