Zoom sur les élections présidentielles aux USA

Article Headline


Les élections présidentielles US se dérouleront le 8 novembre prochain. Autant dire qu’elles approchent à grands pas et qu’elles risquent bien de mobiliser davantage l’attention des marchés financiers à l’avenir. Les deux candidats sont désormais connus. D’un côté, Hillary Clinton a été désignée pour représenter les couleurs du camp démocrate. Face à elle, le très controversé Donald Trump a été nommé pour défendre les chances du camp républicain. Si Hillary Clinton semble avoir les faveurs des pronostics, il est impossible de dire avec certitude qui succèdera à Barack Obama pour devenir le 58e Président des États-Unis. Un coup de projecteur sur les grandes lignes des programmes des candidats permet cependant de faire des estimations quant à leur impact potentiel sur l’économie et les marchés financiers.

Que retenir des programmes des deux candidats ?

Dans son programme économique, la candidate démocrate veut consacrer 275 milliards de dollars sur 5 ans à des travaux d’infrastructure. Elle entend aussi investir dans la technologie et l’énergie renouvelable, et augmenter le salaire minimum. De son côté, son adversaire républicain donne la priorité au marché intérieur et veut taxer plus lourdement les importations de certains pays comme la Chine. Il entend aussi relancer les dépenses d’infrastructure et mettre un gros coup de frein à l’immigration.

Sur le plan fiscal, Mme Clinton veut taxer davantage les plus gros revenus et soulager les bas et moyens revenus. M. Trump veut quant à lui simplifier le système actuel en réduisant le nombre de tranches d’imposition et ramener le taux d’impôt maximal sur le revenu à 33 %. Il entend aussi abaisser le taux d’impôt des sociétés de 35 % à 15 %.

Stop ou encore pour l’Obamacare ?

Dans le domaine de la santé, Hillary Clinton veut élargir Obamacare (principe de la couverture santé pour tous) et faire baisser les prix des médicaments. Donald Trump veut tourner la page d’Obamacare et faire jouer la concurrence pour réduire les prix.

Enfin, les agendas diffèrent aussi sur la politique étrangère. Hillary Clinton veut nouer des liens plus étroits avec l’Europe et l’OTAN. Donald Trump souhaite lui coopérer davantage avec la Russie et faire payer plus les pays alliés de l’OTAN pour la protection américaine.

Quels enseignements peut-on en tirer ?

Sur le marché boursier, la volatilité devrait augmenter plus fortement en cas de victoire de Donald Trump. Son côté imprévisible, l’incertitude sur l’implémentation concrète de tous ses projets et ses vues protectionnistes comportent en effet davantage de risques pour l’économie.

Par ailleurs, le déficit public américain devrait se creuser suite à la hausse des dépenses publiques voulues par les deux candidats. Ce serait surtout le cas avec Donald Trump puisque cette hausse irait de pair avec une chute des rentrées fiscales. Ceci étant dit, les conséquences devraient être gérables pour le marché obligataire US. En effet, les Bons du Trésor US ont un statut à part : ils sont côtés sur le marché le plus vaste et le plus liquide au monde et aucun investisseur n’envisage un défaut de paiement des États-Unis. De plus, la faiblesse des taux dans les pays industrialisés devrait aussi continuer à attirer les investisseurs vers les « hauts rendements » offerts par le marché américain. Enfin, sur le marché des changes, le dollar US devrait rester relativement fort si Mme Clinton est élue tandis que son évolution serait plus indécise si M. Trump l’emporte. La politique de la Réserve fédérale (Fed) devrait en tout cas conserver une influence majeure sur son orientation.

À lire aussi